Opposition: C’est aux partis de décider de participer ou non aux législatives

date 2016/10/04 views 569 comments 0
author-picture

icon-writer Asma Bahlouli / version française: Moussa. K

L’Instance de consultation et de suivi (ICS) a laissé aux partis de l’opposition le choix de participer ou de boycotter les législatives de 2017.

Pour elle, la participation ou le boycott ne change rien étant donné le pouvoir reste, selon elle, fidèle à la politique de verrouillage.

Lors d’une réunion lundi au siège de Talai El Houriet, l’ISC n’a pris une décision unanime quant à la participation ou au boycott des prochaines élections législatives de 2017, laissant le choix aux formations la composant.

De l’avis des observateurs, l’Instance avait du mal à prendre une décision engageant les différents partis de l’opposition compte tenu des divergences de vues constatées lors de cette réunion.

En effet, la réunion tenue au siège du parti de Ali Benflis constitue en elle-même un événement d’autant plus que les différents partis de l’opposition aient refusé de s’asseoir à la même table, il y a trois mois, et c’en raison de lutte de leadership.

« Même en 2016, on continue de se poser la question sur l’utilité de participer ou non aux élections», a indiqué le président de Talai El Houriet, Ali Benflis qui ajoute: « C’est là un signal des problèmes auxquels est confronté le système politique fondé sur la tricherie politique et la fraude électorale».

« Le suffrage universel devient une façade écornée face au système de quota par lequel l’appareil politico-administratif récompense et punit à son gré», soutient-il non sans rappeler le verrouillage que vit le pays.

« Nous sommes conscients que ces élections soient similaires aux précédentes et qu’elles se déroulent dans les mêmes conditions», estime-t-il. 

Abondant dans le même sens, le président de Jil jadid, Sofiane Djilali a plaidé pour le boycott, estimant que la participation devrait cautionner la légitimité du pouvoir en place.

  • print