Des Algériens chiites affluent à Kairouan

date 2016/10/08 views 1245 comments 2
author-picture

icon-writer Rachid Chouiakh / version française: Moussa. K

Au lendemain du nouvel hégirien (1438), la ville de Kairouan en Tunisie continue d’accueillir de plus en plus chiites algériens venus pleurer l’Imam Hussein, petit-fils du Prophète Mohamed (QSSSL), a-t-on appris de sources sécuritaires tunisiennes.

Pas moins de 200 Algériens convertis au chiisme, pour la plupart originaire des wilayas de Batna, Constantine, Sétif et Alger continuent d’affluer depuis lundi dernier à Kairouan pour pleurer la mort du petit-fils du Prophète (QSSSL), l’Imam Hussein, selon toujours les mêmes sources. 

Selon la tradition chiite, les adeptes de ce dogme se rassemblent à la veille de la Achoura (10 Moharram) remémorent le deuil de Hussein Ibn Ali (Qu’Allah soit Satisfait de lui) et commémorent sa mort à Kerbala en Irak.

Pour exprimer leur chagrin et en signe de deuil, les chiites se frappent la tête en se flagellant jusqu’au sang. Des auto-flagellations suivies le plus souvent par les lamentations. 

Des observateurs disent que le pèlerinage des chiites algériens en Tunisie s’explique par la liberté dont jouit les chiites de la voisine est de l’Algérie.

En effet, trois associations chiites sont autorisées en Tunisie, du temps du président déchu Ben Ali, à exercer leurs rituels, dont Ahl El Beït présidée par Imad Eddine Hamrouni.

Rappelons que les chiites algériens préfèrent célébrer leurs fêtes religieuses en Tunisie, loin des yeux des forces de sécurité et du peuple algérien qui n’admet pas l’existence d’une secte chiite en Algérie et qui y voit une menace pour le courant sunnite malékite.

  • print