Aissa : «Je ne suis pas mécréant pour tromper les Algériens »

date 2016/10/09 views 1688 comments 1
author-picture

icon-writer Asma Bahlouli/version française : Rachel Hamdi

Après avoir affirmé que la célébration de l’Algérie du 1er Moharram lundi passé est une décision administrative et n’a aucune incidence sur le plan religieux, le ministre des Affaires Religieuses et des Wakfs,Mohamed Aissa a durcit le ton cette fois ci.

Le ministre qui s’est attiré des foudres de l’Association des Oulémas Musulmans a affirmé que le communiqué rendu public par son département est basé sur le rapport transmis par le centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG), établissant l’impossibilité d’observation du croissant lunaire durant la journée du 29 du mois Dhou Al Hidjah.

Intervenant lors de la conférence nationale des cadres et des directeurs des affaires religieuses et des Wafs,M.Aissa a affirmé que c’est au CRAAG de fixer la date du jeune des 6e,10e, et 11e jours du mois de Moharam et non à une quelconque autre association.

«Je ne suis ni mécréant ni criminel pour que je trompe les Algériens, le jeune d’Achoura ne relève ni de l’association des Oulémas ni d’aucune autre association. Il s’agit d’une question religieuse et que c’est  à la commission d’observation du croissant lunaire de fixer la date du jeune des 9e,10e et 11e jours »,a-t-il dévoilé d’un ton très ferme.

Se référant au congrès mondial d'observation du croissant lunaire qui considère que le calcul astronomique est un élément d'infirmation et non de confirmation, autrement dit le calcul astronomique prime sur le témoignage, le ministre a précisé que c'est cette règle que l'Algérie a adopté, à l'instar de plusieurs pays comme la Malaisie et la Maroc, pour fixer le 1er jour de l'Hégire.        

  • print