Amnesty International relance le débat sur la peine de mort

date 2016/10/11 views 271 comments 0
author-picture

icon-writer Mohamed Lahouazi / version française: Moussa. K

La section algérienne d’Amnesty international (AI) a réitéré sa demande à l’abolition de la peine de mort en Algérie, jugeant le gel de son application en 1993 de démarche positive.

S’exprimant en marge d’une conférence sur la peine de mort en Algérie, la directrice de la section algérienne d’AI, Hassina Oussedik s’est demandée pourquoi l’Algérie n’ira pas jusqu’à l’abrogation définitive de la peine de mort comme l’ont déjà fait d’autres pays.

L’oratrice a insisté par ailleurs sur la nécessité de prendre en considération l’état d’esprit dans lequel se trouvent les membres de la famille d’un condamné à mort.

En outre, elle a plaidé pour que les justiciables aient droit à un procès équitable.

« Nous devons remporter la bataille de l’abolition de la peine de mort car il s’agit d’une question de liberté et de justice», soutient-elle, affirmant qu’« il serait courageux que l’Algérie aille vers l’abolition de la peine de mort».

Le docteur et chercheur en anthropologie, Aïssa Belmekki est revenu lui sur la dialectique entre la loi et la charia au sujet de l’abolition de la peine de mort.

A cet effet, Dr. Belmekki a suggéré d’adopter une approche politico-anthropologique allant dans le sens de son abolition à l’échelle internationale.

Sur ce sujet, l’écrivain et chercheur dans les questions islamiques, Saïd Djab Elkheir a estimé que les textes coraniques changent constamment d’où il fallait, à ses yeux, abroger ceux prévoyant le « qisas » et l’exécution et ne correspondant pas à la société actuelle.

Et Me Amar Khebaba de répliquer a affirmé que le Saint Coran est valable en tout temps et tout lieu, précisant que le calife Omar Ibn El Khettab (qu’Allah soit Satisfait de lui) avait effectivement fait cesser l’amputation de main au délit de vol, comme le prévoit la charia, mais il ne l’avait pas abolie.

Me Khebaba a d’ailleurs plaidé pour le maintien de la peine de mort dans les cas liés au meurtre et au kidnapping d’enfants, en faisant savoir que des organisations internationales mènent des campagnes visant l’abolition de la peine de mort en Algérie.

Amnesty International estime que l’Algérie doit franchir le pas pour devenir ainsi le premier pays du Maghreb à abroger la peine de mort.

  • print