Crimes coloniaux : Un militant français tacle Holande

date 2016/10/13 views 787 comments 0
author-picture

icon-writer Imane.A/version française :Rachel Hamdi

Dans une longue missive publiée sur son blog, le militant antiraciste, anticolonialiste, de la mémoire, Henri Pouillot, a interpellé le président français, François Hollande, sur le massacre du 17 Octobre 1961 qu’il qualifie de crime d’État. En effet, 55 ans après, la France officielle s’abstient encore de reconnaître ce crime perpétré contre les Algériens qui manifestaient pour l’indépendance de l’Algérie.

«Le 17 octobre 2012, comme ce collectif n'avait pas de réponse à ses deux courriers, je suis un de ces militants (en tant que l'un des animateurs de ce collectif) qui ont patienté plus d'une heure sous la pluie devant la porte de l'Elysée sans pouvoir être reçu », a-t-il écrit, indiquant avoir pris connaissance de sa position en tant que chef de l’Etat à travers les médias.

Une sanglante répression”, rappelle Pouillot qui réitère, encore une fois, son appel à François Hollande à reconnaître officiellement, d’autant que Pouillot est un témoin vivant de la guerre de Libération et de la torture généralisée de l’armée française en Algérie. 

«Quand l'Etat français reconnaîtra-t-il ses responsabilités et condamnera les crimes commis en son nom ? Tout particulièrement pendant la Guerre de libération de l'Algérie : les crimes d'Etat du 8 mai 1945, du 17 octobre 1961, du 8 février 1962", et "les crimes contre l'humanité : le colonialisme, l'institutionnalisation de la torture, les viols, les exécutions sommaires, les essais nucléaires du Sahara, les camps d'internements (pudiquement appelés camps de regroupements)", l’a-t-il interpellé, lui rappelant par ailleurs le "déni de vérité (et) de transparence" dans l’assassinat de Maurice Audin.

  • print