Sellal aux Saoudiens: « Les Algériens défendront les Lieux Saints de l’Islam »

date 2016/11/17 views 1446 comments 5
author-picture

icon-writer Messaoud Hedna / version française: Moussa. K

« Le peuple algérien se lèvera comme un seul homme pour défendre les Lieux Saints de l’Islam en cas de menace terroriste». C’est ce qu’a déclaré mercredi à Riyadh, le premier ministre, Abdelmalek Sellal.

La déclaration de Sellal intervient après l’interception par l’armée saoudienne d’un missile des Houthis visant la Mecque, selon les autorités saoudiennes.

Sellal s’est exprimé à l’occasion de la cérémonie d’ouverture dans la capitale saoudienne d’une réunion entre les opérateurs économiques algériens et leurs homologues saoudiens. « La défense des sacralités islamiques est sacrée pour nous», a-t-il soutenu.

En effet, l’Algérie avait déjà condamné la tentative des Houthis de prendre pour cible La Mecque. 

Le porte-parole du ministère des affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif avait déclaré le 3 novembre dernier à l’APS que « Nous avons suivi avec beaucoup de préoccupation les informations relatives à la tentative de bombarder de La Mecque », ajoutant que « Nous condamnons fermement toute atteinte aux symboles de notre religion et les lieux saints de la nation musulmane et nous déplorons le recours à la violence qui provoque les sentiments des musulmans et qui est contraire aux enseignements de la religion musulmane».

Pour rappel, les milices houthies du Yémen ont lancé en octobre dernier un missile balistique vers La Mecque que les forces militaires saoudiennes ont intercepté. 

Les Houthis ont confirmé dans un communiqué avoir tiré un missile balistique Burkan-1 tout en précisant avoir visé l’aéroport de Djeddah et non pas La Mecque.

Cette tentative avait suscité, faut-il le rappeler, une vive colère du monde musulman que le Conseil de Coopération du Golfe (CCG) a condamnée et estimé que les Houthis s’obstinent à refuser les résolutions de la communauté  internationale.

Outre l’Algérie, le Bahreïn, le Soudan, la Palestine, le Maroc, le Qatar, le Koweït, la Jordanie, l’Égypte, le ministère des affaires étrangère yéménite, El Azhar, le mouvement de Ennahda tunisien et les savants sunnites irakiens ont condamné cette attaque et la provocation des sentiments des musulmans.

  • print