CAN 2017: 180 milliards pour suivre les matchs des Verts!

date 2016/11/21 views 1117 comments 1
author-picture

icon-writer Toufik Amara / version française: Moussa. K

L’affaire de la diffusion par les télévisions marocaine et égyptienne des matchs de leurs sélections respectives, comptant pour les éliminatoires du Mondial 2018, devrait mettre les responsables de la FAF dans l’embarras, à leur tête Mohamed Raouraoua au sujet des droits de diffusion des matchs des « Verts ».

Raouraoua aurait gâché aux Algériens établis à l’étranger l’opportunité de vivre les matchs de la sélection algérienne comptant pour l’éliminatoire de la Coupe du monde 2018, du moins ceux disputés à domicile.

Ce qui aurait pu permettre à la Télévision publique de tirer profit de la re-commercialisation des rencontres des coéquipiers de Bentaleb, voire d'être en position de force pour négocier les droits de retransmission des rencontres de l’EN en Coupe d'Afrique (2017) au Gabon.

Force est de souligner que les fédérations marocaine et égyptienne ont refusé, quant à elles, de céder les droits de retransmission des matchs de leurs sélections à la CAF, s’appuyant sur la loi qui leur autorise de choisir d’acquéreurs de leur choix. 

Ainsi, les deux fédérations ont prôné leurs chaînes nationales diffusées en clair ayant permis à un large public de téléspectateurs de suivre ces matchs, y compris ceux résidant hors de ces pays, contrairement à la Fédération algérienne de football (FAF) qui a cédé ses droits à la CAF en se contentant de diffuser les matchs des Verts sur la chaîne publique nationale. 

Compte tenu de la crise financière que vit le pays, l’instance fédérale nationale aurait pu jouer cette carte, sachant que les responsables marocains et égyptiens estiment, eux, que la vente des droits de diffusion constitue une question « souveraine », surtout si l’on sait que les fédérations les cèdent à la CAF à 50.000 dollars pour que le détenteur de ces droits les revende à coups de millions.

Frappés de stupéfaction, des observateurs s’interrogent sur ce choix inexplicable des responsables de la FAF ayant favorisé l’étranger au détriment de l’intérêt public et des Algériens, qui ont du mal ces dernières années à trouver des supports pour suivre les matchs des camarades de Mahrez.

Des observateurs estiment également que l’ENTV aurait pu être en position de force au sujet de la retransmission des rencontres de l’équipe nationale lors de la « CAN 2017 » si Raouraoua avait attribué les droits de diffusion des matchs qualificatifs au Mondial 2018 à la Télévision publique.

Ainsi, Raouraoua, en choisissant le camp de Hayatou, oblige à la fois l’ENTV et l’Algérie de dépenser, dans un contexte marqué par l’austérité et la rationalisation des dépenses, pas moins de 10 millions de dollars, soit 180 milliards de centimes pour permettre au public algérien de suivre les matchs des Verts en Coupe d’Afrique des Nations 2017.

  • print