Messahel: «Les tentatives du Maroc sont vouées à l’échec»

date 2016/11/26 views 1076 comments 2
author-picture

icon-writer Abdessalam Sekia / version française: Moussa. K

Le ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel a dit que la tentative du Maroc de chasser la République arabe sahraouie démocratique (RASD) du sommet afro-arabe de Malabo en Guinée équatoriale était vouée à l'échec grâce « à la maturité, la cohésion et l’unité de l’Afrique».

« À l’occasion de ce sommet, l’Afrique a démontré de la manière la plus unanime que les principes et fondements de son union ne sont pas négociables quel que soit le partenaire », s’est félicité Messahel dans un entretien accordé au site électronique, TSA.

Interrogé par la même source sur l’impact du retrait du trio du Golfe, en l’occurrence l’Arabie saoudite, le Qatar et les Emirats Arabes Unis de ce sommet, le ministre des Affaires maghrébines a estimé qu’il n’y aura pas d’impact sur le continent africain compte tenu des partenariats, de projets et de grands investissements qui existent entre l’Afrique et la Chine, l’Inde, les États-Unis et l’Europe».

Dans une déclaration à la Radio Algérie Internationale, le ministre a soutenu que « ce résultat témoigne de la cohésion de l’Afrique et affirme que le continent africain fasse barrage à toutes les tentatives qui visent à déstabiliser le continent et l’Union africaine ».

Et Messahel de renchérir: « Ce qui s’est produit constitue une leçon pour ceux qui veulent la désunion du continent», « Un résultat très positif qui sera inscrit dans l’Histoire ».

« La tentative du Maroc, soutient-il, était vouée à l’échec face à la grande volonté de l’Afrique », affirmant ainsi la position unanime de l’Afrique quant au respect des fondements de l’UA.

« Le Maroc en tant que pays voisin qui cherche à réintégrer l’UA a prouvé une fois de plus qu’il n’en a pas une réelle volonté», poursuit-il.

« Le Maroc, qui est lié à l'Etat du Koweït par des relations fructueuses et solides dans différents domaines et qui est déterminé à développer ces relations, regrette la position du Koweït sur cette question de principe lorsqu'il n'a pas imposé, en sa qualité de président de session du côté arabe, le respect de ces règles communes aux deux groupes, ce qui a eu pour conséquence le maintien de l’emblème d’une entité du Sahara occidental)...», a écrit le ministère marocain des affaires étrangères dans un communiqué.

Le communiqué fait référence au « principe de la souveraineté territoriale des Etats et à la foi des cinq pays du Golfe précités en la communauté du destin inscrite dans la déclaration du 20 avril 2016 du 1er Sommet Maroc-pays du Golfe à Riyad».  

Rappelons qu’outre le Maroc, huit Etats se sont retirés du sommet afro-arabe en guise de contestation contre la présence de l’emblème du Sahara occidental dans la salle des réunions. Il s’agit de l’Arabe saoudite, le Qatar, les Emirats arabes unis, le Bahreïn, le Yémen, le Sultanat d’Oman, la Jordanie et la Somalie.

  • print