Les « représentants du peuple » taxent les citoyens à 2.000 milliards!

date 2016/11/27 views 1474 comments 3
author-picture

icon-writer Asma Bahlouli / version française: Moussa. K

Les recettes des taxes incluses par les députés dans la loi de Finances (LF 2017) avoisinent les 20 milliards de dinars (2.000 milliards de centimes), a indiqué samedi le président de la commission des finances et du budget à l’APN, Mahjoub Bedda.

En revanche, il a révélé le recul des transferts sociaux qui passent de 1.800 milliards de DA à 1.600 milliards de dinars. Une baisse qui s’explique, selon lui, par le recul des prix de la plupart des produits de consommation sur le marché international.

Le président de la commission des finances et du budget à l’APN a fait savoir que la Commission avait examiné les amendements portant de nouvelles taxes introduits par les députés au PLF 2017 adopté, rappelons-le, à la majorité, en attendant sa présentation au vote au conseil de la nation le 4 décembre prochain.

Mahjoub Bedda a fait savoir que les recettes générées par ces nouvelles taxes étaient au tour des 20 milliards de dinars, réitérant ainsi la solidarité de la chambre basse du Parlement avec le gouvernement dans la conjoncture économique actuelle.

L’invité du forum de El Moudjahid a tenu à expliquer que les amendements touchent en premier lieu l’augmentation des taxes pour les utilisateurs de téléphone mobile, la carte pré-payée et les pneus de véhicules (lourds et légers).

Pour le conférencier, il s’agit d’appui aux ressources du trésor public, des communes ainsi que à la Caisse nationale de solidarité nationale.

Défendant ces augmentations, Bedda les a d’ailleurs qualifiées de « disposition économiques rationnelles», estimant qu’ «elles n’influent pas réellement sur le pouvoir d’achat du citoyen».

Par ailleurs, il plaidé en faveur de la mise en place d’un système informatique efficient qui veillera à ce que l’aide soit orientée exclusivement aux nécessiteux à laquelle s’ajoute le renforcement des mesures de contrôle de sorte que le marché soit métrisé au mieux. 

S’agissant des tarifs appliqués de manière anarchique par les transporteurs, l’orateur a déclaré que le département de Boudjemaâ Talai était invité à créer une autorité de régulation en vue de mettre fin à l’anarchie qui règne dans le secteur des Transports, non sans déplorer la hausse des tarifs de transport de 10% en 2017 suite à une augmentation des prix de carburant.

  • print