Décès de Babbès: Bouteflika rend hommage à un homme d'une compétence avérée

date 2017/03/08 views 464 comments 0
author-picture

icon-writer APS

Le président de la République Abdelaziz Bouteflika a rendu hommage au président du Conseil national économique et social (CNES) Mohamed Seghir Babès, décédé mardi, dans lequel il a salué sa compétence et son dévouement au service de la nation et de ses institutions.

"J'ai appris avec affliction le décès du regretté Mohamed Seghir Babès après une vie vouée au service de la nation et riche en apport et en contributions, fort d'une compétence avérée", a écrit le président de la République dans un message de condoléances à la famille du défunt.

"Le défunt s'est employé toute sa vie durant à accomplir au mieux et avec dévouement ses devoirs à travers toutes les fonctions et responsabilités qu'il a assumées donnant le meilleur exemple à ses compagnons et toute une génération de cadres qui s'appliquent avec sérieux, discrétion et sincérité", a ajouté le chef de l'Etat.

"Avec sa disparition l'Algérie perd une grande compétence et un cadre dévoué à la nation et à ses institutions", a affirmé le président de la République qui a assuré la famille, les proches et compagnons du défunt de sa compassion en cette douloureuse épreuve et prié Dieu Le Tout-puissant de leur prêter réconfort et de l'accueillir dans Son vaste Paradis. 

Décès du président du CNES Mohamed Seghir Babès à 74 ans

Le président du Conseil national économique et social, Mohamed Seghir Babès, est décédé mardi à l'hôpital militaire Mohamed Seghir Nekkache, d'Ain Naadja (Alger) des suites d'une maladie, a-t-on appris auprès du CNES.

Le défunt, né le 10 mars 1943, a eu une longue carrière dans l'administration publique, comme il a eu à occuper des fonctions gouvernementales en qualité de ministre de la Santé et de la population.

Il a été par la suite conseiller auprès du Président de la République avant d'être désigné, en 2005, en qualité de président du CNES. 

L'enterrement du défunt aura lieu mercredi après midi au cimetière de Sidi Yahia à Alger, a-t-on appris de la même source.

  • print