Où sont passées les listes électorales du FLN?

date 2017/03/11 views 831 comments 0
author-picture

icon-writer Mohamed Meslem / version française: Moussa. K.

Contrairement aux échéances précédentes et une semaine après la clôture de l’opération de dépôt des candidatures, le Front de libération nationale (FLN) n’a semble-t-il pas jugé utile de dévoiler l’identité de ses candidats à l’occasion des élections législatives du 4 mai 2017.

D’habitude, la première force politique du pays affiche les listes au niveau des mouhefedhas; permettant à la fois aux militants ainsi qu’à l’opinion publique de connaître l’identité des candidats du parti qui se lancent dans la course à la députation. Le FLN, version Ould Abbès, ne voit pas, paraît-il, de cet œil. 

Est-ce le parti craint-il un éclatement de contestations comme ce fut le cas lors de l’annonce des listes électorales du parti sous Abdelaziz Belkhadem lors des législatives de 2012? Ou bien le nouveau patron du vieux parti n’attend-il pas le feu vert et la révélation des conclusions de l’enquête menée par les services de sécurité sur les candidats?

En tout cas, ce fait n’a pas manqué de donner lieu aux spéculations et rumeurs sur certaines listes, notamment celle de Boumerdès.  Si certains estiment que le chargé de communication du parti, Moussa Benhammadi est désigné tête de liste de la wilaya, d’autres évoquent le nom de la députée sortante, Salima Athmani, avant que l’on affirme que ni l’un ni l’autre ne sera en tête de liste.

Idem pour la capitale où Ould Abbès a affirmé -après tant de rumeurs-  que l’ancien ministre de l’Agriculture, Sid-Ahmed Ferroukhi sera bel et bien en tête de liste du parti.

Le comble c’est que des candidats ne savent toujours pas leur classement sur les listes de leur propre parti, ce qui intrigue plus d’un sur la discrétion dans l’élaboration des listes.

Une source au sein du parti a attribué ce retard dans l’annonce des listes au fait que la direction n’a toujours pas tranché le classement des candidats, elle qui a chargé les têtes de listes actuelles d’organiser des consultations de sorte de parvenir à une meilleure répartition des candidats en fonction de leur lieu de résidence, et ce dans l’objectif d’accueillir plus de voix d’électeurs.

Ce qui a visiblement irrité certaines formations de l’opposition qui dénoncent le favoritisme de l’administration à l’égard du FLN concernant la capitale, insistant sur le fait que la loi oblige des partis politiques de présenter des listes définitives.

  • print