Lamamra s’entretient avec deux hauts responsables du Congrès américain

date 2017/05/18 views 924 comments 0
author-picture

icon-writer APS

Le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Ramtane Lamamra, s’est entretenu à Washington avec deux hauts responsables du Congrès dans le cadre de sa visite de travail qu’il effectue aux États-Unis.

Lamamra a eu d’abord des discussions au siège du Congrès avec le président de la commission des affaires étrangères de la chambre des représentants, M. Ed Royce.

Il s’est ensuite entretenu avec le président de la commission des affaires étrangères du Sénat, le républicain Bob Corker. "Nous avons passé en revue les relations bilatérales et focalisé également sur un certain nombre de questions internationales comme la lutte contre le terrorisme", a déclaré à l’APS Ramtane  Lamamra à l’issue de ces deux entretiens.

A ce propos, le ministre a précisé avoir évoqué "l’expérience conduite par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, qui consiste à utiliser à la fois la légitime défense à travers les moyens de défense et de sécurité et les solutions politiques et sociales à travers la réconciliation nationale et la concorde civile".

Les discussions ont également porté sur les réformes politiques menées par l’Algérie et les élections législatives du 4 mai dernier.

Au plan régional, le ministre a indiqué que la partie américaine comprend l’intérêt de l’Algérie pour la stabilité de la Libye et la nécessité de parvenir à une solution politique émanant d’un dialogue entre l’ensemble des parties libyennes

"Tous nos interlocuteurs américains ont salué les efforts et la persévérance de l’Algérie et ont compris son intérêt pour la stabilité de la Libye, a-t-il souligné.

"De la même manière, la réussite de la médiation menée par l’Algérie au Mali a été saluée par nos interlocuteurs", a déclaré Lamamra après une série de discussions avec des responsables américains, dont le secrétaire d’Etat, Rex Tillerson.

Le ministre a relevé que l’exécutif américain, y compris Rex Tillerson, appréciait les efforts entrepris par l’Algérie en tant qu’exportateur de paix et de stabilité dans la région.

  • print