Tebboune effectue sa première mission à l’étranger

date 2017/07/04 views 762 comments 0
author-picture

icon-writer Sofiane. A. / version française: Moussa. K.

Abdelmadjid Tebboune a effectué sa première mission à l’étranger dans le costume du Premier ministre à l’occasion de la représentation du président de la République, Abdelaziz Bouteflika aux travaux de la 29e session de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba (Ethiopie).

Rappelons que l’instance africaine avait nommé le chef de l’Etat coordinateur de l’Union africaine pour la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent.

Le nouveau chef d’Exécutif présente lors de sa première visite à l’étranger au nom du président Bouteflika un mémorandum sur la stratégie africaine en matière de lutte contre le terrorisme qui devra servir de feuille de route pour l’ensemble des efforts de l’organisation continentale dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Une occasion pour Tebboune pour s’entretenir avec des chefs d’Etat et de gouvernement africains, en plus de sa participation aux différentes réunions qui entrent dans le cadre du sommet de l’UA, en autres l’examen de la thématique principale ayant trait à "l’exploitation du dividende démographique à travers l’investissement dans la jeunesse".

D’autres questions seront débattues lors du sommet de l’UA, notamment l’état de la paix et de la sécurité en Afrique, la mise en œuvre de l’Agenda 2063, la réforme de l’Union, la réforme du Conseil de sécurité ainsi que la zone de libre-échange continentale.

Dans son allocution prononcée devant les chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA, le Premier ministre a affirmé que la mise en œuvre de la réforme institutionnelle de l’Union africaine « s’avérait   être un exercice complexe, jalonnée d’obstacles objectifs qui requièrent une prise en charge progressive et consensuelle».

«C’est pourquoi, il nous appartient, à présent, de nous donner le temps nécessaire d’étudier tous les aspects liés à la mise en œuvre des mesures de réforme institutionnelle de l’UA, en apportant les ajustements et les correctifs nécessaires, dans le cadre d’une démarche globale associant le plus grand nombre possible d’Etats membres», soutient Tebboune.

«Le processus de réforme institutionnelle de l’UA, comme toute œuvre d’envergure, doit évoluer dans des conditions appropriées de mobilisation et d’engagement accru des Etats membres», poursuit-il.

  • print