Alcaraz perçoit 60.000 € par mois

date 2017/07/09 views 587 comments 2
author-picture

icon-writer H.K. / version française: Moussa. K.

Le sélectionneur national, Lucas Alcaraz touche un salaire mensuel de 60.000 €, soit plus de 1 milliard de centimes (10.000.000 DA).

Ce salaire important renseigne du niveau du technicien espagnol qui dirige pour la première fois l’équipe nationale algérienne, lui qui a pris en main lors de ses 20 ans de carrière les destinées de plusieurs clubs espagnols de deuxième et troisième division.

Le salaire du successeur de l’entraîneur belge, Georges Leekens a été révélé par le président de la Fédération algérienne de football (FAF), Kheireddine Zetchi lors d’une conférence de presse qu’il a animée samedi.

Ainsi, le public sportif découvre pour la première le salaire exact que touchera l’ancien entraîneur de Grenade, contrairement aux informations qui ont circulé au lendemain de la venue d’Alcaraz et selon lesquelles ce dernier toucherait un salaire n’excédant pas 35.000 euros par mois.

Par ailleurs, Zetchi a fait savoir que les adjoints de l’entraîneur en chef des Verts toucheront 5.000 euros chacun, à savoir les deux techniciens espagnols ramenés par Alcaraz, en l’occurrence Jesus Canadas et le préparateur physique Miguel Angel Campos ainsi que l’entraîneur des gardiens, Aziz Bouras ramené plus tard par le boss de la FAF. Et c’en attendant la désignation d’un adjoint local au technicien espagnol.

En effet, les salaires des staffs technique et médical de l’EN devraient coûter à la FAF environ 100.000 €, soit près de 2 milliards de centimes.

Dans un autre registre, le successeur de Mohamed Raouraoua a indiqué que le match comptant pour la 4e journée des éliminatoires de la coupe du monde 2018 entre l’Algérie et la Zambie devrait se jouer au stade Chahid Hamlaoui de Constantine.

A ce propos, il a ajouté avoir consulté et les joueurs et le staff technique qui ne seraient pas opposés à l’idée de jouer à Constantine.

«L’équipe nationale appartient au peuple algérien et tout le monde a le droit de la suivre de tout près, et pas seulement les habitants de la capitale, Alger»,  a-t-il soutenu.

  • print