Le Maroc mobilise 30 ambassadeurs et journalistes pour "isoler" le Polisario!

date 2017/07/09 views 1509 comments 3
author-picture

icon-writer Abdessalam Sekia / version française: Moussa. K.

Le dernier sommet africain à Addis-Abeba a affirmé l’attachement du continent africain aux valeurs qu’a instaurées l’instance africaine tant sous son appellation actuelle –l’Union africaine (UA)- que sous son ancienne appellation à savoir l’Organisation de l’unité africaine (OUA) en défendant la République arabe sahraouie démocratique (RASD), affirmant que le dossier sahraoui est une question de décolonisation et que le Front Polisario est le seul représentant des Sahraouis.

Selon des informations recueillies par Echorouk, le M aroc a tout planifié après sa réintégration à l’UA, il y a six mois, à ce que ce 29e sommet tenu la semaine dernière à Addis-Abeba (Ethiopie) soit une occasion pour écarter « la question sahraouie » des instances de l’UA, en véhiculant ainsi des succès « chimériques ».

Pour mener son plan à terme, le royaume chérifien aurait en effet mobilisé pas moins de 30 personnalités, entre autres ambassadeurs, conseillers et journalistes afin de porter la « bataille » au sommet. Des sources affirment que Rabat aurait rencontré avant le jour "J" plusieurs délégations dans une tentative vaine de trouver du soutien en jouant la carte d’argent.

Ce qui atteste nettement du succès de la RASD, c’est bel et bien l’échec du Maroc d’atteindre ses objectifs, lui qui a posé des conditions avant son retour formel au sein de l’UA, entre autres l’expulsion de la République sahraouie de l’UA, le gel de son adhésion et à ce que la question soit exclusivement placée sous l’égide de l’ONU et non de l’instance africaine. Ainsi, la France, membre permanent du Conseil de sécurité et allié stratégique du Maroc s’occupera de protéger l’occupant marocain.

Lors du sommet africain, la délégation algérienne a été conduite par le Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune accompagné par le MAE, Abdelkader Messahel.

Il a été décidé de respecter l’article 9 qui confirme que l’UA est résolue à trouver une solution permanente au conflit sahraoui, en appelant les deux Etats membres, le royaume du Maroc et la RASD à engager des entretiens directs.

 Lors de cette rencontre, il a été salué l’engagement du secrétaire général de l’ONU de relancer sans conditions préalables les négociations entre les deux parties pour parvenir à un accord sur une solution consensuelle et définitive qui garantira le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination.

Des décisions qui n’ont visiblement pas été du goût de la délégation marocaine conduite par Rachid, frère du roi Mohamed VI qui s’est retiré au moment de la prise de photo de famille des Chefs d’Etat et de gouvernement africains.

L’agence de presse officielle marocaine a cité pour la première fois le nom de la République sahraouie.

Un des derniers plans du royaume marocain reste la dissolution de l’UA avec le concours bien entendu de la France, des pays du Golfe et d’Israël.

Reste à savoir si le nouveau président de la France soutiendra le Maroc, si les pays du Golfe qui "s’entretuent" sont à même d’appuyer le royaume chérifien dans cette démarche ou si Tel Aviv est capable de casser l’Union africaine.

  • print