Hamel: «La nouvelle criminalité constitue un danger pour la sécurité de l’Afrique»

date 2017/07/15 views 695 comments 0
author-picture

icon-writer Mohamed. L. / version française: Moussa. K.

Le directeur général de la Sûreté nationale et président d’Afripol, Abdelghani Hamel est revenu jeudi sur «les répercussions dangereuses de la nouvelle criminalité sur le continent africain».

Lors de son allocution prononcée au deuxième jour des travaux de la rencontre sur le "Lutte contre la cybercriminalité et les crimes financiers, tenue au siège d’Interpol à Lyon (France), le Dgsn a fait savoir qu’ «Afripol s'emploiera à mettre en place une stratégie africaine qui vise la mise en place de politiques nationales en matière de sécurité informatique, tienne compte de l'importance des infrastructures numériques sensibles et consacre un système pénal de lutte contre les crimes qui portent atteinte à la spécificité et la sécurité des systèmes informatiques». 

Le patron de la DGSN a tenu à préciser le rôle d’Afripol en matière de la  «promotion de la performance de la police africaine dans la lutte contre la nouvelle criminalité», ajoutant que ce genre de réunion «constitue le prélude à une plate-forme solide, à même de renforcer la coopération régionale et internationale en matière de lutte contre les crimes cybernétiques et financiers». 

Par ailleurs, il a insisté sur l’impératif de  «consolider la coordination internationale pour la lutte contre ce type de criminalité, à travers l'échange de données et la maitrise de toutes les méthodes suivies par les organismes criminels pour pouvoir trouver les mécanismes efficaces en vue d'y faire face».

Pour conclure Hamel a dit: «Cette rencontre est susceptible d'ouvrir une brèche pour élaborer une feuille de route à la hauteur des défis de l'heure et des attentes des organes de police pour préserver la sécurité du citoyen et protéger ses biens», saluant «le soutien et l'intérêt accordés par le président de la République Abdelaziz Bouteflika à la consécration de ce mécanisme sur le terrain, outre les efforts des chefs de police africains qui ont convenu d'élire l'Algérie pour présider la première Assemblée générale et salué la décision de l'Algérie à abriter le siège d'Afripol eu égard à l'expertise et au professionnalisme acquis par la Police algérienne».

Les recommandations de la rencontre d’Interpol ont porté sur «l'impératif de tenir un dialogue annuel de haut niveau pour définir les objectifs stratégiques de lutte contre la cybercriminalité et les crimes financiers, ainsi que la consolidation de la relation entre Interpol et les secteurs public et privé à l'instar du secteur financier, les fournisseurs d'accès à internet et le se secteur des télécommunications».

Parmi ces recommandations figure « la création d'un réseau d'experts spécialisés dans la lutte contre la cybercriminalité en vue d'échanger les informations et les expertises dans ce domaine et renforcer les capacités du dispositif d'application de la loi et du secteur privé en fournissant une formation spécialisée dans ce domaine».

Le premier responsable de la Police a rencontré en marge de cette réunion le secrétaire général d'Interpol,  Jürgen Stock avec lequel il a passé en revue les axes de consolidation de la coopération et d'échange d'expertises entre Interpol et Afripol dans plusieurs domaines sécuritaires.

  • print