Xavier Driencourt: «L’Algérie que j’ai quittée en 2012 a changé…»

date 2017/07/16 views 925 comments 0
author-picture

icon-writer Assia Chalabi / version française: Moussa. K.

Les nouvelles données et les développements politiques en Algérie et en France imposent des deux pays de traduire cette forte relation en grands projets économiques et en importants échanges culturels, a affirmé le nouvel ambassadeur de la France en Algérie, Xavier Driencourt.

L’ambassadeur français a indiqué qu’il œuvrerait à réaliser durant son second mandat les objectifs qui n’avaient pas été remplis lors de son premier mandat 2008 – 2012, et ce en vue de permettre à des projets économiques, à des investissements et à des échanges culturels de voir enfin le jour.

Lors de son message adressé vendredi à l’occasion de la fête nationale française (14 juillet), le diplomate français a indiqué que «le temps est venu sans doute d'aller au-delà des formules, certes utiles et souvent nécessaires, partenariat stratégique ou partenariat d'exception. Au-delà des mots, il faut construire, bâtir, identifier et préparer des projets, poser des pierres et des jalons qui, plus que les mots ou les formules, dureront et resteront. C'est cela que nous devons faire ensemble, ce sera mon objectif pendant ce mandat».

Pour lui, ce qui demeure réellement c’est bel et bien ce qui se réalise concrètement sous forme d’investissements susceptibles à consolider et renforcer davantage les relations politiques.

« Je sais aussi que c'est un défi, nouveau et immense: l'Algérie que je retrouve a changé, elle n'est plus la même que celle que j'ai quittée en 2012», a dit Driencourt avant d’ajouter: « la France a également changé avec des élections qui ont chamboulé le paysage politique. Nous avons en France un président de la République, élu en mai dernier, qui connaît et aime l'Algérie, et je serai fier».

Par ailleurs, il a insisté sur l’importance de la conjugaison des efforts de tous pour écrire une nouvelle page dans les relations algéro-française et d’aider le nouveau président français à écrire cette page et ces nouveaux chapitres.

«L'Algérie et la France, ce n'est pas seulement un récit tumultueux, ce n'est pas seulement une question d'économie ou d'investissements, c'est beaucoup plus que cela, c'est aussi et avant tout une affaire de cœur, d'amitié et d'affection», soutient-il.

  • print