Est-ce le "divorce" entre Tebboune et Haddad?

date 2017/07/17 views 1344 comments 0
author-picture

icon-writer Hassen Houicha / version française: Moussa. K.

Le groupe ETRHB de Haddad était destinataire dimanche de mises en demeure pour le retard constaté dans nombre de projets qui lui ont été confiés.

Une des mises en demeure adressées au groupe ETRHB concerne les projets qu’il devrait réaliser à Blida (nouvelle ville de Bouinane), Tlemcen (Ghazaouat), Alger (Eucalyptus), et Brouira  (Sour El Ghozlan). Selon les missives, des chantiers seraient interrompus sans raison et qu’il fallait reprendre dans un délai de 60 jours, de renforcer les chantiers tant en moyens matériels qu'humains, les approvisionner en matériaux de construction, rattraper le retard et respecter les engagements contractés.

Ainsi, ce développement ne serait qu’un autre épisode de la relation peu reluisante entre le gouvernement et le président du FCE, dont un divorce certain se profile à l’horizon. Rappelons qu’une première étincelle avait surgi en décembre dernier en marge du Forum africain d’investissement, lorsque l’ancien chef de l’Exécutif, Abdelalek Sellal s’est retiré en compagnie de ses ministres  au moment où Haddad s’apprêtait à prononcer son allocution. Celui-ci avait, rappelons-le, justifié l’incident par une erreur commise par l’animatrice.

Du coup, celui qui se définit comme un homme influent aurait été relégué au second plan, lui qui avait jadis l’habitude de se frayer une place au premier rang -parmi les officiels- lors des actions officielles du gouvernement, y compris lors des missions officielles à l’étranger.

En effet, l’incident qui s’est produit à l’Ecole supérieure de la sécurité sociale de Ben Aknoun (Alger) ne fait que confirmer la "rupture" entre le gouvernement et l’homme d’affaires Ali Haddad.

Selon certaines sources, Abdelmadjid Tebboune aurait signifié au ministre du Travail, Mourad Zemali lors de sa première sortie de terrain sous le costume de Premier ministre que Haddad était indésirable et qu’il n’avait rien à voir avec la cérémonie de remise de diplômes à la promotion sortie de l’ESSS.

Pour apaiser la tension, le secrétaire général de l’UGTA, Abdelmadjid Sidi Saïd a accompagné le patron du FCE, sommé de quitter les lieux avant l’arrivée du convoi du Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune!

  • print