L’Algérie joue-t- elle le rôle de médiateur dans la crise du Golfe?

date 2017/07/31 views 571 comments 0
author-picture

icon-writer Abderrazak. B. / version française: Moussa. K.

Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel effectuera une grande tournée dans huit pays arabes, essentiellement ceux concernés par la crise du Golfe, ce qui laisse comprendre que l’Algérie est en train de jouer le rôle de médiateur.

Le ministre des Affaires étrangères se rendra en "Arabie saoudite, en Égypte, au Sultanat d’Oman, au Bahreïn, au Qatar, au Koweït, en Jordanie et en Irak", a indiqué un communiqué du MAE.

Les dossiers que devrait débattre le chef de la diplomatie algérienne porteront sur "  l'examen des relations bilatérales, les voies et moyens de leur renforcement ainsi que les questions d'ordre régional et international, en particulier, la situation dans le monde arabe, les crises qui affectent la Libye, la Syrie, le Yémen et la région du Golfe".

Outre ces questions, il y aura également au centre des débats un certain nombre de dossiers, entre autres "la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent ainsi que l'expérience algérienne en matière de déradicalisation, la situation au Proche-Orient et la question palestinienne, seront également inscrites à l'agenda des entretiens".

Bien que le communiqué ait précisé que les pourparlers portent sur toutes les crises que connaît la région, mais la tournée de Messahel dans les pays concernés par la crise du Golfe, à savoir l’Arabie saoudite, l’Égypte, le Bahreïn, le Qatar en plus du Koweït qui joue la médiation avec ses voisins laisse penser que les autorités algériennes sont en train de déployer des efforts en vue du règlement de la crise.

Les Emirats arabes unis (EAU) ne seront pas concernés par la tournée de Messahel. Celui-ci a déjà visité ce pays mardi dernier où il s’est entretenu avec le vice-président du Conseil des ministres, ministre des affaires de la Présidence des Emirats arabes unis, Cheikh Mansour Ben Zayed Al-Nahyan sur nombre de questions régionales, notamment la crise du Golfe.

Depuis le début de la crise, Alger a appelé les pays concernés à adopter le dialogue et observer les principes de bon voisinage tout en refusant de prendre parti dans la crise.

Le chef de la diplomatie algérienne a reçu, il y a quelques jours, le ministre au cabinet de la Présidence des EAU, Farès El Mazroui et le ministre d’Etat qatari aux Affaires étrangères, Sultan bin Saad Al-Muraikhi avec lesquels il a abordé la crise dans le Golfe.

De son côté, le président d’APN, Saïd Bouhadja a reçu lors de deux rencontres distinctes les ambassadeurs du Qatar et de l’Arabie saoudite en Algérie, dont les entretiens ont porté sur la crise.

Bouhadja a tenu à réitérer à ses deux hôtes, "l’attachement constant de l’Algérie à la préservation de l’unité et de la solidarité arabes et ses appels à faire prévaloir la langue du dialogue pour le règlement des crises".

  • print