Syrie : trêve militaire dans la province de Homs

date 2017/08/04 views 479 comments 0
author-picture

icon-writer Agences

Un cessez-le-feu est entré en vigueur jeudi entre régime et rebelles dans la province de Homs au centre de la Syrie. Cette trêve survient à la suite d'un accord conclu entre Moscou, Damas et l'opposition syrienne concernant une 3e zone de « désescalade ».

Une trêve entre l'armée russe et les rebelles syriens est entrée en vigueur jeudi dans le centre de la Syrie, à la suite d'un accord entre la Russie, le régime de Damas et l'opposition syrienne. La région dont il est question dans cet accord se situe au nord de la province de Homs, capitale de la révolution contre le régime de Bachar el-Assad. Elle comprend 84 localités dont la population s'élève à 147 000 habitants selon les chiffres du ministère russe de la Défense. Cette cessation des hostilités a été décidée lors de discussions de paix au Caire le samedi 22 juillet entre la Russie et les rebelles syriens modérés.

Il s'agit de la 3e zone de «désescalade» (diminution progressive de la menace et de la tension qui résultent d'un processus d'escalade militaire) établie en Syrie après celle mise en place dans le sud-ouest de la Syrie et dans la Ghouta orientale, près de Damas. A la suite d'un accord plus ancien, conclu au mois de mai entre la Russie, l'Iran, un autre allié du régime, et la Turquie, soutien des rebelles, quatre zones en tout doivent être instaurées en Syrie d'ici à la fin août. La quatrième doit encore être créée dans la région d'Idleb (nord-est).

Des militaires russes pour superviser la trêve

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les villes de Rastane, Talbissé et al-Houla, sous contrôle de l'opposition syrienne depuis 2012, figurent parmi les régions concernées par le cessez le feu entré en vigueur jeudi. Elles étaient parmi les premières à se révolter contre le régime de Bachar el-Assad en 2011.

Conformément à l'accord négocié au Caire, les militaires russes et rebelles syriens devaient «complètement cesser le feu» dans la zone à partir de jeudi midi, heure locale, a précisé le ministère russe. Selon un militant à Talbissé, Moustafa Khaled, a déclaré à l'AFP, «un calme prévaut» dans ces régions. «Il n'y a pas eu de violations». C'est également calme à Al-Houla. «Nous n'avons pas entendu de tir aujourd'hui», a déclaré un habitant Abbas Abou Oussama.

  • print