Importation de véhicules: le quota de 2017 arrivera en 2018!

date 2017/09/03 views 794 comments 0
author-picture

icon-writer Imène Kimouche / version française: Moussa. K.

Le dossier des licences d’importation continuent de préoccuper les concessionnaires automobiles en Algérie surtout qu’aucun véhicule n’a été importé pendant les neuf premiers mois de l’an 2017.

Face à cette situation, ils s’interrogent sur les raisons du retard de la distribution desdites licences dont le dossier a été mis sur la table de quatre ministres qui se sont succédé à ce poste, en l’occurrence feu Bakhti Belaib, Abdelmadjid Tebboune (intérim), Abdelhafid Sassi et actuellement Mohamed Benmeradi.

A noter que les prix des voitures ont enregistré ces trois dernières années une tendance haussière effrénée.

 A ce propos, l’ancien président et membre de l'Association des concessionnaires automobiles d'Algérie (AC2A), Mohamed Bairi a affirmé dans une déclaration à Echorouk qu’aucune nouveauté n’était à signaler au sujet des licences d’importation des véhicules, bien que des représentants des concessionnaires fussent dépêchés auprès du ministère du Commerce pour s’enquérir du retard dans la livraison de ces documents.

Outre ce retard, il a été décidé d’annuler pour la première fois depuis 20 ans le Salon international d’automobile, après avoir été reporté dans un premier temps pour ce mois de septembre en cours.

"A l’heure qu’il est, nous ne sommes pas au courant de la date de distribution des licences, de la part de chaque concessionnaires et si le contingent des voitures arrive au cours de cette année ou bien l’an prochain. Le ministère ne nous a pas informés. Nous attendons toute nouveauté pour éclaircir les choses au mieux", a indiqué Bairi.

Cela intervient dans un contexte marqué par une flambée vertigineuse des prix des véhicules d’occasion, sachant que les usines de montage et d’assemblage semblent dépassées, elles qui auraient commercialisé un grand nombre de véhicule aussi supérieur à leur capacité de production.

Ainsi, elles n’arrivent pas à répondre à la forte demande accentuée par l’absence de véhicules importés.

Notons que le gouvernement a fixé le quota d’importation de véhicules pour l’exercice 2017 à 30.000 unités, contre 97.000 en 2016 et plafonné les importations à 1 milliard de dollars, alors que les chiffres des Douanes révèlent que le montant a été largement dépensé rien que pour l’importation des pièces de rechange effectuée par des usines de montage et des opérateurs privés.

A noter également que la procédure d’importation de véhicules asiatiques dure plus de trois (3) mois. C'est dire que si des licences étaient livrées en ce mois courant, le quota des véhicules neufs ne devrait pas arriver en Algérie avant janvier 2018.

De l’avis de l’expert en économie, Kamel Si Mohamed, atteindre l’autosuffisance en matière de l’automobile passe inéluctablement par le développement efficient de la filiale de construction et de montage de véhicules.

Pour lui, cela ne peut se faire dans moins de trois ans dans la mesure où le producteur algérien a besoin d’acquérir de l’expérience, de la technologie et du savoir-faire auprès du partenaire étranger. 

  • print