Revue El Djeich: "L’ère des coups d’Etat est révolue"

date 2017/09/07 views 894 comments 3
author-picture

icon-writer Abderrazak. B. / version française: Moussa. K.

L’Institution militaire a tenu à répondre mercredi aux voix qui réclament l’intervention de l’Armée dans la vie politique, affirmant que l’ère des coups d’Etat est révolue et qu’elle "ne se départira pas de ses missions constitutionnelles quelles qu’en soient les conditions et circonstances".

"A tous ceux qui, en secret, ouvertement ou implicitement, réclament l’intervention de l’armée nous rappelons les propos du Vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’ANP, lors de sa dernière visite en 2ème et 5ème régions militaires: «Notre armée demeurera une armée républicaine, engagée à défendre la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale et à préserver l’indépendance du pays. Une armée qui ne se départira pas de ses missions constitutionnelles quelles qu’en soient les conditions et circonstances»", peut-on lire dans l’éditorial de la revue El Djeich du mois de septembre.

Plusieurs voix se sont élevées, il y a quelques semaines, pour réclamer l’intervention de l’Armée dans la sphère politique sous prétexte de la vacance du poste du président de la République.

"Les réalisations de notre armée et les résultats obtenus sur le terrain ont poussé certaines plumes mercenaires à s’ériger en défenseurs du peuple, ces mêmes plumes qui, dans un passé récent, l’affublaient encore de qualificatifs méprisants et dégradants", note-t-on dans le même numéro.

"Mais le citoyen algérien n’est pas dupe de leurs gesticulations comme il n’a aucun besoin de tuteurs obnubilés par la course aux postes de responsabilité et qui, lorsqu’ils se voient isolés, vendent leur âme au diable et mettent leur plume au service d’intérêts revanchards", insiste la revue de El Djeich.

D’un ton ferme, la revue a qualifié ceux qui appellent à l’intervention de l’institution militaire de "plumes mercenaires " qui, selon elle, " ont touché à tous les domaines et spécialités, depuis la chariâa à l’histoire en passant par l’économie, l’astronomie et autres sciences et domaines de connaissance. Mais en constatant leur échec et devant l’incapacité de leur pensée à capter l’intérêt du public, elles ont cru bon de s’attaquer à l’ANP, pensant qu’à coups d’accusations, de procès d’intention, de travestissement de la vérité, avec profusion de notions académiques rébarbatives, de citations, d’aphorismes et autres artifices de rhétorique, qu’on leur déroulera le tapis rouge, que le peuple applaudira et qu’elles entreront ainsi au panthéon de l’Histoire…".

  • print