Amnesty International réclame la libération du chef d’Ahmadiyya!

date 2017/09/13 views 772 comments 2
author-picture

icon-writer Ilham Bouteldji / version française: Moussa. K.

La section algérienne d’Amnesty International (AI) a réclamé à nouveau la mise en liberté du chef de la secte ahmadite en Algérie, Mohamed Fali poursuivi pour collecte de fonds sans autorisation et blasphème contre le Prophète (QSSSL).

Le verdict devrait être prononcé ce mercredi 13 septembre, sachant que le procureur de la République près le tribunal de Aïn Tadles à Mostaganem une peine d’un an de prison à l’encontre du prévenu.

Dans un communiqué rendu public mardi, la section algérienne d’AI a appelé les autorités algérienne à libérer le leader de l’Ahmadisme, Mohamed Fali qu’elle qualifie de prisonnier d’opinion, soutenant que ce dernier pratique pacifiquement sa religion.

Par ailleurs, l’ONG a demandé aux autorités du pays de libérer Mohamed Fali et veiller à ce qu’il puisse "bénéficier des soins médicaux, de recevoir les médicaments et les traitements pour son diabète et de garantir que toutes les accusations et les poursuites visant les Algériens Ahmadis seront abandonnées lorsqu’elles sont uniquement liées à la pratique pacifique de leur religion, et de libérer immédiatement ceux qui sont encore incarcérés".

Même son de cloche chez Human Rights Watch (HRW) qui a accusé ,dans son rapport de septembre, les autorités algériennes de s’en prendre aux adeptes ahmadites, victimes selon elle de persécution.

  • print