Les Verts: du sommet au déclin

date 2017/09/16 views 581 comments 0
author-picture

icon-writer Echoroukonline: Hocine. K. / version française: Moussa. K.

Les observateurs, y compris les plus pessimistes, n’auraient jamais imaginé la chute spectaculaire de la sélection algérienne de football dans le classement FIFA pour occuper le 64e rang en septembre 2017, après avoir brillamment arraché -trois ans plus tôt- une place dans le Top 20.

etour à la case départ !

Le plus mauvais classement de l’équipe nationale durant cette décennie remonte à 2007; lorsqu’elle a occupé la 79e place. Une période à laquelle les dirigeants du football national ont engagé Rabah Saâdane à la tête du staff technique. Une année plus tard, soit en 2008, les Verts ont gagné 14 places en se hissant à la 64e mondiale.

Après le grand exploit signé par les Verts sous la houlette de Saâdane qui a qualifié les siens en coupe du monde 2010, après 24 ans d’absence, notamment au terme du match capital face à l’Égypte à Oum Dourman, l’Algérie s’est adjugé le 26e rang du classement FIFA.

Commence ainsi la dégringolade, dont les Verts ont perdu 9 places, 35e, suite à la performance de nombre de sélections au Mondial 2010 (Afrique du Sud). Les coéquipiers de Saïfi ont quitté prématurément la compétition après deux défaites face à la Slovénie et les États-Unis et un nul face à l’Angleterre.

En plus de l’échec au Mondial, les Verts ont enregistré un mauvais départ lors des éliminatoires de la CAN 2012, après le nul face à la Tanzanie et une défaire face au Centre-Afrique, ce qui a précipité l’éjection de Saâdane, remplacé par Benchikha.

Bien que celui-ci n’ait pas réussi à faire mieux que son prédécesseur, l’Algérie a gagné 5 places en 2011 (30e), sachant que la sélection a été éliminée de la course pour la CAN 2012 après une correction que lui a affligée le Maroc à Marrakech sur le score sans appel de (4 à 0).

Cet échec sera accompagné par le limogeage de Benchikha qui cèdera sa place au Franco-bosniaque, Vahid Halilhodzic.

La venue de Halilhodic marque une révolution au sein de l’équipe nationale, en faisant venir de très jeunes joueurs, à l’image de Feghouli et le départ des artisans de la qualification historique au Mondial 2010 et la qualification au carré d’as de la CAN 2010 (Angola), à savoir Ziani, jugé perturbateur, Belhadj, Matmour, Djebbour et autres.

Malgré le départ des cadres de l’équipe, Halilhodzic a réussi le pari en permettant aux Verts de se hisser à la 19e mondiale (2012), avant de dégringoler au 26e rang mondial après l’élimination précoce de la CAN 2013.

Ainsi, la sélection nationale atteint le summum en occupant la meilleure place depuis l’établissement du classement FIFA en 1993, en occupant la 18e place grâce à une qualification historique au 2e tour du Mondial 2014 (Brésil) et une élimination face à l’Allemagne (2 à 1 a.p) qui sera sacrée championne du Monde.

Le départ de Bosniaque a été accompagné d’une régression dans le jeu et dans la performance des protégés du technicien français, Christian Gourcuff qui a pris en main les destinées de l’équipe en juillet 2014.

L’équipe a occupé respectivement les 28e et les 38e places en 2015 et 2016.

Le naufrage des Verts s’est fait réellement ressentir après le limogeage de Gourcuff en printemps2016, remplacé par le Serbe, Milovan Rajevac. Celui-ci n’a visiblement pas pu maîtriser son groupe qui a été tenu en échec par le Cameroun (1 – 1) en match comptant pour la 1e journée des éliminatoires du Mondial 2018.

De retour en équipe nationale, le Belge Georges Leekens s’est incliné lui-aussi lors de la 2e journée sur le score de 3 à 1 face au Nigeria, compromettant quelque peu les chances de qualification pour ce grand rendez-vous.

Début 2017, les choses ne s’améliorent pas car les coéquipiers de M’bolhi quittent la CAN dès le premier tour, occupant ainsi le 39e rang avant de perdre 11 place au mois de février (50e).

Le départ de Leekens a été accompagné du départ du président de la FAF, Mohamed Raouraoua. Lui succédant, Kheireddine Zetchi a choisi lui l’Espagnol, Lucas Alcaraz pour diriger l’équipe. Cinq mois plus tard, l’équipe a dangereusement reculé au classement général (64e) après deux défaites de suite face au même adversaire la Zambie (3 à 1 aller/ 0 à 1 retour).

Ainsi, l’Algérie a officialisé son élimination de la coupe du monde 2018 (Russie), en occupant la dernière place du groupe B avec seulement 1 pt.

  • print