الأحد 19 جانفي 2020 م, الموافق لـ 23 جمادى الأولى 1441 هـ آخر تحديث 22:30
الشروق العامة الشروق نيوز الشروق +
إذاعة الشروق
Echoroukonline

Le procureur de la République près le tribunal de Sidi M’hamed a requis, ce dimanche 8 décembre 2019, une peine de 20 ans de réclusion criminelle contre les anciens premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal.

Le procureur de la République a requis une peine de 20 ans de réclusion et d’un million de dinars d’amende contre l’ancien ministre de l’Industrie, Abdeslam Bouchouareb, en fuite et dont un mandat d’arrêt international a été émis à son encontre.

Une peine de 15 ans de réclusion et d’un million de dinars d’amende est requise contre les anciens ministres de l’Industrie, Youcef Yousfi et Mahjoub Bedda.

Une peine de 10 ans de réclusion criminelle a été requise contre l’ancien ministre des Travaux publics, Abdelghani Zaâlane pour son implication dans le financement occulte de la campagne électorale du président déchu, Abdelaziz Bouteflika.

Une peine de 10 ans de réclusion criminelle et trois millions de dinars d’amende est requise contre l’homme d’affaires Ali Haddad, Ouroune Ahmed et Hadj Malek Saïd, directeur financier de la campagne de Bouteflika.

Le magistrat près ledit tribunal a également requis une peine de 10 ans de prison ferme assortie d’un million de dinars d’amende à l’encontre des hommes d’affaires impliqués dans le dossier de montage de véhicules, à savoir Hassane Arbaoui, Mohamed Bairi, Ahmed Mazouz, Abdelkader Nemroud et le directeur général du Crédit populaire d’Algérie (CPA), Aboud Achour.

Le procureur de la République a requis une peine de 8 ans de prison ferme et 3 millions de dinars d’amende contre les frères Semai Karim, Mustapha, Sofiane et le fils de l’ancien premier ministre Fares Sellal.

Une même peine a été requise contre le sénateur et directeur de trésor de la direction de campagne Bouteflika, en l’occurrence Hammoud Chaied.

Huit (8) ans de prison ferme et une amende de 3 millions de dinars sont requis contre les cadres de l’agence d’investissement au ministère de l’Industrie, à savoir Boudjemiaâ Karim, Akadir Omar, Amine Tira, Mustapha Abdelkrim et Hassiba Maghraoui.

Une peine de sept (7) ans de prison ferme et 5 millions de dinars d’amende amende sont requis contre d’accusés actuellement en état de fuite, en l’occurrence Chaâbane, Sofiane, Kamel et un autre.

Le procureur de la République a dit que l’Algérie d’après 22 février n’est plus celle d’avant et que ces condamnations devraient servir d’exemple.

شاهد العيفا #أويحيى يرافع عن شقيقه أحمد

🔴 شاهد .. العيفا #أويحيى يرافع عن شقيقه أحمد في محكمة سيدي امحمد

Gepostet von Echorouk News TV am Sonntag, 8. Dezember 2019

El Aifa Ouyahia clame l’innocence de son frère et client Ahmed Ouyahia et rejettent toutes les accusations retenues contre ce dernier.

Le collectif de défense de Mohamed Bairi clame lui-aussi l’innocence de son mandant, affirmant que ce dernier avait comparu en tant que témoin dans l’affaire impliquant des ministres et traitée  par le conseiller instructeur près la Cour suprême  et aujourd’hui que les dossiers sont fusionnés, il fera les frais du rapport établi par la commission des finances.

Les avocats de Bairi, dont Me Bitam réfutent les chefs d’inculpation retenus à l’encontre de leur client.

Ahmed Ouyahia Sellal Tribunal de Sidi M'hamed

En relation

600

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!

close
close