Nouvelle chute du dinar face à l’euro!

date 2017/08/05 views 2066 comments 4
author-picture

icon-writer Imène Kimouche / version française: Moussa. K.

Le cours du dinar a enregistré une forte baisse vendredi face à la monnaie européenne, et ce après une stabilité qui aura duré un mois (juin- juillet 2017).

Ainsi, l’euro s’échange officiellement à 129.34 dinars en banque, contre 192 dinars en marché parallèle de change de Port-Saïd à Alger.

Cela se passe dans un silence total de la Banque d’ Algérie, censée expliquer cette dévaluation, sachant qu’un projet de règlement relatif au marché interbancaire des changes et aux instruments de couverture du risque de change ait été adopté tout récemment.

Après quelques mois de stabilité, le dinar algérien enregistre un effondrement spectaculaire face à l’euro. Cela s’explique, selon l’expert en économie Abderrahmane Mebtoul,  par le manque de production, la baisse des réserves de change ainsi que la hausse du taux d’inflation.

L’expert a affirmé que le dinar algérien avait quasiment perdu près de 100% de sa valeur en seize ans, indiquant que la monnaie européenne -à sa création en 2001- s’échangeait  à 69 dinars contre 129 dinars en 2017. Ce qui renseigne, à ses yeux, de l’absence d’une dynamique dans le secteur économique.

Selon une étude réalisée par l’expert, la dépréciation du dinar face à l’euro et au dollar est la conséquence de l’écart entre le taux d’inflation enregistré en Algérie et celui enregistré à l’échelle mondiale.

Rappelons que le Conseil de la monnaie et du crédit (CMC) a adopté, le 10 juillet dernier, un projet de règlement relatif au marché interbancaire des changes et aux instruments de couverture du risque de change.

Son adoption est "motivée par le fait que le régime de change applicable en Algérie est un régime flottant. Ainsi, il expose, de par la fluctuation des cours de change, les opérateurs économiques et investisseurs à des risques de change lors de la réalisation de leurs transactions internationales, pouvant leur occasionner des pertes de change substantielles", selon la même source.

  • print