Quand le Cameroun se déchaîne sur Ahmad Ahmad

date 2017/08/09 views 772 comments 0
author-picture

icon-writer Echoroukerriadhi: Hocine. K. / version française: Moussa. K.

L’ancien président de la Confédération africaine de football (CAF), le Camerounais Issa Hayatou a décidé de rompre avec le silence et riposter à son successeur le Malgache, Ahmad Ahmad qui avait déclaré il y a quelques jours que le Cameroun n’était pas prêt d’accueillir la prochaine édition de la Coupe d’Afrique des Nations (2019).

"Il faut venir d'abord constater avant de sortir ce qu'il (Ahmad) a sorti. A l'heure actuelle, le Cameroun a déjà cinq stades, on ne parle pas de ceux qui sont en train d'être construits. Personne ne peut dire que le Cameroun n'a rien fait. On peut compter le nombre de pays qui ont ce que nous avons là. Nous sommes en avance", a dit Hayatou dans une déclaration relayée par le journal L’Equipe.

"A l'heure où nous parlons, on a deux ans devant nous, on ne peut pas juger l'insuffisance du Cameroun à l'organisation de la CAN, deux ans avant. Il faut attendre que le délai arrive", a-t-il ajouté en défendant corps et âme le droit de son pays à l’organisation du rendez-vous africain.

Rappelons que le comité exécutif de l’Instance africaine de football avait décidé lors de sa récente réunion au Maroc d’envoyer une commission d’inspection au Cameroun pour s’enquérir de l’état d’avancement des travaux au niveau des stades et autres structures prévus avant la CAN 2019.

De son côté, la Fédération camerounaise de football a répliqué vivement aux déclarations du président de la CAF qui avait dit que: "Le Cameroun ne pouvait ne pouvait même pas organiser une CAN avec quatre équipes". Des propos qui n'ont pas laissé indifférents les dirigeants du foot au Cameroun. "La Fédération Camerounaise de Football (Fécafoot) a pris connaissance, avec une profonde consternation, des récentes déclarations du Président de la Confédération Africaine de Football, tenues lors d’une conférence de presse au Burkina Faso", a indiqué lundi la Fécafoot dans un communiqué signé de son président, Tombi a Roko. 

Pour la Fécafoot, "les modifications dans le déroulement d’une compétition ne s’appliquent pas à celle devant être organisée immédiatement après leur adoption", insistant sur le fait que "la décision du Conseil de la FIFA de changer le format de la Coupe du Monde, passant de 32 à 48 équipes, ne s’appliquera ni à la Russie en 2018, ni au Qatar en 2022".

Rappelons encore que la CAF a décidé à ce que la CAN se jouera avec 24 sélections et non 16, et ce à compter de la prochaine édition (2019).

  • print