L’Algérie exporte vers la France des produits agricoles pour 11 millions de dollars

date 2017/12/07 views 755 comments 0
author-picture

icon-writer Radia.M. / version française: Moussa. K.

"Les exportations algériennes vers la France sont maigres", c’est en tout cas le constat fait par Alibey Nasri, président de l’Association nationale des exportateurs algériens (ANEXAL).

Selon le patron d’Anexal, les exportations algériennes en produits agricoles, essentiellement les dattes ne représentent que 11 millions de dollars par an.

Alibey Nasri a regretté en effet l’absence de réseau de distribution dans l’Hexagone quoique la communauté algérienne soit fortement installée, outre le manque de formation et d’expérience chez les entreprises inscrites dans le processus d’exportation qui sont au nombre de 800.

Intervenant mercredi sur les ondes de la Radio nationale, l’interlocuteur a dit que l’Algérie disposait de tous les atouts pour pouvoir conquérir le marché européen en général et le marché français en particulier, compte tenu de l’importante communauté algérienne établie dans ce pays.

Cependant, il a déploré le fait que ces atouts ne soient pas exploités, d’autant plus que nos produits agricoles ne sont pas commercialisés dans les plus grands marchés de ce pays.

Par ailleurs, Nasri a mis l’accent sur la nécessité de mettre en œuvre une vision d’intégration de l’Algérie au monde de l’économie et mettre sur pied au niveau du ministère de l’Agriculture une stratégie se basant sur le principe de la demande.

De plus, il a insisté sur l’amélioration du produit algérien de sorte de conquérir le marché européen et d’aller vers la conclusion d’accords commerciaux pour promouvoir les exportations vers l’Afrique.

L’invité de la Radio  nationale a fait remarquer qu’il y ait une volonté politique au sein du gouvernement en vue de la promotion des exportations, jugeant toutefois que les équipes dirigeantes précédentes n’avaient pas mis en place une stratégie concrète sur le terrain.

Pour étayer ses dires, il a souligné que sur 62 clauses proposées dans ce sens en 2011, trois seulement ont été appliquées.

Nasri estime que le problème majeur entravant l’opération demeure l’absence de réseaux de distribution, affirmant qu’aussi bien les entreprises publiques que privées n’avaient pas l’intention de se lancer dans l’exportation.

En revanche, il prévoit une hausse des exportations en 2018, parallèlement avec la levée des différents obstacles entravant le processus.

  • print