Le MSP riposte à Abdelaziz Belaid: "Tu n’es pas habilité de parler de l’Histoire"

date 2018/01/31 views 1290 comments 0
author-picture

icon-writer Abderrazak. B. / version française: Moussa. K.

Le mouvement de la société pour la paix (MSP) a affirmé mardi que les propos du président du Front El Moustakbal, Abdelaziz Belaid, sur le fait que le pouvoir serait derrière la participation du feu Mahfoud Nahnah à la rencontre de "Sant'Egidio" avant de retirer, renseignent de la "rancune" d’une personne "non habilitée à parler de l’Histoire".

Dans une interview accordée à Echorouk, Abdelaziz Belaid a indiqué au sujet du retrait du feu Nahnah de la rencontre de Sant'Egidio, que tant sa participation et son retrait ensuite étaient planifiés par certaines parties au sein du pouvoir.

Des déclarations qui n’ont pas laissé le Mouvement de la société pour la paix de marbre, qui de son côté a décidé de riposter à Belaid dans un communiqué. "Le déchaînement de  Abdelaziz Belaid contre Cheikh Mahfoud Nahnah (…) renseigne de la rancune injustifiée. Tantôt il dit que Cheikh Mahfoud était à l’origine de la réunion de Sant'Egidio, tantôt il l’accuse du fait que son retrait était planifié par des parties au pouvoir".

Selon le Mouvement, "Cheikh Mahfoud Nahnah avait pris part au premier round de Sant'Egidio sur décision du bureau exécutif national et était accompagné de Farouk Benouared. Sa participation obéissait à la voie qu’il avait empruntée, celle de dialogue et du souci du rassemblent des Algériens sous quelque forme et sous quelque condition que ce soit".

"Cheikh Mahfoud Nahnah voulait convaincre aussi bien l’opposition et le pouvoir qu’il n’y aurait pas de consensus sans la participation des deux parties. Du coup, il a boudé le deuxième round en sentant que la voie de dialogue n’était pas la bienvenue", a jouté la même source.

Usant de termes forts, le MSP s’est attaqué au patron du Front El Moustakbal affirmant que ce dernier "n'est pas habilité de parler de l’Histoire qui ne pardonne pas, des conspirations fomentées  et la dépendance des services secrets".

"En effet, bon nombre de militants au sein du Mouvement connaissent son parcours depuis qu’il était tout jeune, ses affaires, ses rapports, ses rôles, comment il a quitté le FLN, pourquoi il a créé son nouveau parti et le rôle qu’il accomplit aujourd’hui. Ainsi, il vaut mieux qu’il se couvre la tête", a conclu le communiqué.

  • print