Terroriste abattu en Tunisie: des enquêteurs algériens dépêchés sur place

date 2018/01/31 views 1162 comments 0
author-picture

icon-writer Abdessalam Sekia / version française: Moussa. K.

Un groupe d’enquêteurs algériens, dont un juge, a été dépêché en Tunisie pour s’enquêter sur la dépouille d’un leader du groupe "Al-Qaïda au Maghreb islamique", éliminé il y a quelques jours en Tunisie, et présenté comme bras droit du numéro 1 du groupe, en l’occurrence Abdelmalek Droukdel.

Le journal "Al Arabi Al Djadid", citant des sources sécuritaires, a rapporté qu’ "une équipe d’enquêteurs algériens est arrivée en Tunisie, dans le cadre de la coordination sécuritaire, d’échange d’informations et de la coopération judiciaire entre les deux pays, et c’en vue de s’assurer de l’identité de Bilal Al Koubi, abattu par une unité de l’armée tunisienne dans la région de Kasserine au sud de la Tunisie".

"Dans le cadre du complément de l’enquête, les enquêteurs examineront les documents, les matériels de communication qui étaient en sa possession, et ce pour savoir comment Al Koubi se déplaçait en Algérie", selon la même source.

Rappelons que Bilal Al Koubi est activement recherché depuis 24 ans par les autorités algériennes, sachant qu’il ait rejoint les groupes terroristes au milieu des années 1990.

Notons que ce dernier a gravi les échelons dans le milieu du terrorisme pour devenir un des éléments les plus proches du leader d’AQMI.

La coordination sécuritaire algéro-tunisienne a atteint d’importants niveaux en matière de la quête des terroristes et le contrôle de leurs mouvements, dont il a été convenu entre les deux pays d’élargir les prérogatives des centres d’opérations militaires, dont la tâche est confiée à des dirigeants militaires à la frontière.

En outre, des canaux de communication militaire ont été créés pour permette d’intervenir, de réagir à temps et de contrôler les mouvements des groupes terroristes le long du tracé frontalier.

Force est de souligner que la Tunisie bénéficie aussi de l’expérience militaire de l’Algérie qui jouit d’une longue expérience en matière de la lutte antiterroriste.

  • print