Driencourt: "Le marché algérien avantageux pour les investisseurs français"

date 2018/02/13 views 778 comments 0
author-picture

icon-writer Echoroukonline:

L’ambassadeur de France en Algérie, Xavier Driencourt a déclaré ,lors d'une visite effectuée lundi dans la wilaya de Constantine, que le "marché algérien semble difficile, mais demeure avantageux pour les investissements français".

Xavier Driencourt a estimé que le dossier mémoriel entre l’Algérie et la France "avance discrètement ou parfois trop discrètement, mais il avance".

S’exprimant lors d’un point de presse, l’ambassadeur de France en Algérie, qui a rappelé que le président français Emmanuel Macron, aborde la question de la colonisation de "manière sereine et décomplexée", a indiqué que le dossier mémoriel entre la France et l’Algérie, enregistre "des  avancées".

Il a évoqué, à ce titre, la restitution des crânes des résistants algériens ainsi que des archives, précisant que le président Macron a décidé d’avancer "rapidement" sur ce dernier sujet.

Rappelons que le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni a indiqué que l'Algérie avait demandé officiellement la restitution des crânes des résistants algériens déposés au musée de l'Homme à Paris. 

Pour ce qui est du volet économique entre les deux pays, le diplomate français a considéré que le "marché algérien semble difficile, mais demeure avantageux pour les investissements français", ajoutant que "c’est surtout difficile pour les PME qui éprouvent du mal à identifier les bons partenaires".

En ce sens, Driencourt qui a rappelé que plusieurs visites d’officiels français ont été effectuées en Algérie, a appelé à agir des deux côtés (français et algérien) pour un "partenariat durable".

L'ambassadeur de France en Algérie a, par ailleurs, évoqué le problème de l’immigration illégale qu’il a qualifié de problème "majeur que tous les pays concernés doivent régler ensemble".

Lors de son déplacement à Constantine, Driencourt a visité, entre autres, les trois universités de la wilaya, l’Institut français, le palais du Bey et l’entreprise des tracteurs agricoles (ETRAG), affirmant que Constantine dispose d’un important potentiel en matière de sous-traitance qui intéresse la France.

  • print