الثلاثاء 22 أكتوبر 2019 م, الموافق لـ 22 صفر 1441 هـ آخر تحديث 11:45
الشروق العامة الشروق نيوز الشروق +
إذاعة الشروق
D.R

Le comité des six

Le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah a reçu, jeudi matin, au Palais de El Mouradia un groupe de six personnalités chargées de mener le dialogue national.

Il s’agit de Karim Younès, ancien président d’APN (2002-2004), de Fatiha Benabbou, constitutionnaliste et enseignante universitaire, de Smaïl Lalmas, économiste, Bouzidi Lazhari, enseignant universitaire, Azeddine Benaissa, enseignant universitaire et Abdelwahab Bendjelloul, syndicaliste d’éducation et représentant de la région du Sud.

Benabbou: Les critiques ne me dérangent pas…nous sommes des bénévoles

La constitutionnaliste, Fatiha Benabbou ne semble guère gênée par les critiques qui se sont abattues sur le comité de six qui devrait conduire le dialogue national.  Benabbou a réagi dans la foulée que le comité dont elle fait partie “ne représente pas le Hirak populaire, ne parle pas en son nom et ne compte pas le représenter”, expliquant que les membres du comité sont plutôt de personnalités indépendantes qui n’ont pas d’appartenance partisane, ajoutant que leur souci est bel et bien de “mettre en place pour la première fois une haute instance d’organisation des élections indépendantes et transparentes”.

Et la constitutionnaliste d’enchaîner : “Nous sommes des bénévoles, nous n’avons aucun intérêt et nous ne représentons pas le pouvoir. Nous sommes là pour bâtir simplement des passerelles pour porter les revendications du peuple”.

Par ailleurs, elle a souligné que les personnalités qui sont allées voir Bensalah étaient choisies par des acteurs de la société civile.

S’agissant de l’audience que le chef de l’Etat leur a accordée, notre interlocutrice a dit “avoir demandé à Bensalah de leur donner des garanties quant à l’apaisement du climat politique, à travers la libération des détenus d’opinion, l’ouverture de tous les accès à la capitale et la garantie quant à la préservation de la liberté d’expression et la liberté de la presse”, estimant par là même que “la réponse de Bensalah était positive et rassurante”.

En outre, elle a fait savoir que le comité devrait aller à la rencontre des citoyens, dont la première rencontre officielle devrait se tenir ce dimanche 28 juillet 2019.

Force est de constater que la classe politique et la société civile ne sont pas unanimes quant aux personnalités choisies pour plusieurs raisons.

Araar : Nous saluons ces personnalités et leur courage

Le président du Forum civil pour le changement, Abderrahmane Araar a affirmé que le Forum soutiendra ces personnalités, estimant qu’il s’agit d’une “étape positive devant sortir le pays de la crise”.

Pour lui, il s’agit de personnalités qui jouissent de la crédibilité et défendent les revendications du peuple et du Hirak, soutenant qu’ “elles ont défendu avec courage les revendications du mouvement populaire lors de leur première rencontre avec Bensalah, entre autres la libération des détenus et mettre fin à la répression contre les  manifestants à Alger”.

Le PLJ préfère ne pas se prononcer de si tôt

Le Parti pour la justice et la liberté (PLJ) a dit avoir pris connaissance des engagements de la présidence de l’Etat contenus dans le communiqué annonçant les personnalités choisies pour conduire le dialogue national devant déboucher sur la tenue des élections présidentielles.

“Au vu de la rupture entre le pouvoir et le peuple accompagnée d’une crise de confiance accentuée depuis le 22 février, il est plutôt préférable de se donner du temps pour avoir la confirmation si le pouvoir a au une véritable volonté politique avant de prendre une décision définitive vis-à-vis du panel choisi”, a-t-il dit, rappelant que “Les revendications populaires relatives au changement radical sont un tout et indivisible. Leur satisfaction totale par un dialogue sérieux et responsable reste la seule voie pour la construction d’un État fort et juste dans la paix et la solidarité”.

Amraoui: Nous sommes optimistes…mais le panel choisi n’est pas à la hauteur du Hirak

Le député Alliance Ennahda- El adala-El Bina, Messaoud Amraoui s’est dit étonné par les personnalités sélectionnées pour conduire le dialogue. “On s’attendait plutôt à des personnalités de taille et qui seront acceptées par le peuple”, a-t-il réagi, ajoutant que ces personnalités susceptibles d’être choisies devraient “être à la hauteur du Hirak, à l’image de personnalités politiques ou nationales qui n’ont pas d’appartenance partisane”.

L’interlocuteur reproche à ce comité de six d’être novice en politique, ajoutant que beaucoup d’entre eux ne sont pas connus.

 Khebaba : La liste ne correspond pas à la grandeur de l’événement

De son côté, l’avocat, Omar Khebaba a jugé que la liste des personnalités “est synonyme de déception et ne correspond pas à la grandeur de l’événement et les revendications du Hirak”, redoutant ainsi le rejet de ce panel par le Mouvement populaire.

“La plupart d’entre eux sont inconnus. Nous souhaitons plutôt des personnalités acceptées par le peuple”, a-t-il renchéri, tout en espérant à ce qu’il y ait un apaisement, estimant qu’”il est prématuré de juger ces personnalités”.

Toutefois, Me Khebaba s’est dit optimiste quant aux sujets abordés avec Bensalah, notamment la libération des détenus du Hirak, la liberté de manifester et la liberté de déplacement, la libération du champ médiatique et le départ du gouvernement Bedoui.

En outre, il a appelé à ce que ces décisions se produisent sur le terrain et à ce que le comité soit élargi.

Nadia Slimani / Traduit par: Moussa. K.

Benabbou Bensalah Le Hirak

En relation

600

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!

close
close