الثلاثاء 22 أكتوبر 2019 م, الموافق لـ 22 صفر 1441 هـ آخر تحديث 11:45
الشروق العامة الشروق نيوز الشروق +
إذاعة الشروق
D.R

Abdelkader Bensalah

Abdelkader Bensalah a lancé mercredi un nouvel appel à “un dialogue national inclusif” en vue de l’élection présidentielle. Il a assuré que l’armée n’en serait pas “partie prenante”.

Le chef de l’État Abdelkader Bensalah a adressé un discours aux Algériens en ce 3 juillet à l’occasion de la célébration du double anniversaire de la fête de l’Indépendance et de la Jeunesse, diffusé lors du JT de 20 h de la télévision publique (ENTV).

Le “dialogue national inclusif” que le président algérien par intérim Abdelkader Bensalah a appelé de ses vœux se fera participation de l’armée.Ce débat doit permettre aux participants de “débattre de toutes les préoccupations portant sur la prochaine échéance présidentielle”, a affirmé le chef de l’État par intérim.

«Le processus de dialogue qui sera lancé incessamment, sera conduit et mené  en toute liberté et en toute transparence par des Personnalités nationales  crédibles, indépendantes, sans affiliation partisane et sans ambition  électorale. Des personnalités qui émergent du fait de leur autorité morale  ou de leur légitimité historique, politique ou socioprofessionnelle, les rendant éligibles à l’accomplissement de cette noble mission et qui  seraient de nature à les aider à conduire et à faciliter ce dialogue. »

«A cet égard et afin d’éviter toute interprétation et de dissiper tout malentendu, l’Etat dans toute ses composantes, y compris l’Institution militaire, ne sera pas partie prenante à ce dialogue et observera la plus stricte neutralité tout au long du déroulement de ce processus. Il se contentera de mettre tous les moyens matériels et logistiques à la disposition du Panel de personnalités, qui décidera lui-même des modalités de son fonctionnement. »

Selon lui,ce dialogue est urgent, parce que le pays doit recouvrer au plus vite sa normalité politique et institutionnelle, qui le mettrait en position de faire face aux incertitudes économiques et sociales et aux menaces qui pèsent sur notre sécurité nationale du fait d’un environnement extérieur particulièrement complexe.

Abdelkader Bensalah a invité, à ce titre, toutes les parties à mettre de côté les calculs marginaux et les exigences irréaliste”, soulignant que celles-ci sont de nature à prolonger la situation actuelle et d’entrainer le pays dans une situation de vide constitutionnel, source d’incertitude et d’instabilité.

Son discours est intervenu à quelques jours de l’expiration prévue le 9 juillet de la période d’intérim à la tête de l’État, ouverte par la démission d’Abdelaziz Bouteflika. L’impossibilité d’organiser le scrutin à la date du 4 juillet, faute de candidats, ne permet pas à Abdelkader Bensalah, qui assure l’intérim depuis le 9 avril, de rendre le pouvoir avant l’issue de la période de 90 jours prévue par la Constitution. Pour l’instant, aucune nouvelle date n’a été fixée pour la présidentielle.

Rachel Hamdi

Bensalah Dialogue Institution militaire

En relation

600

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!

close
close