الأربعاء 15 جويلية. 2020 م, الموافق لـ 24 ذو القعدة 1441 هـ آخر تحديث 23:00
الشروق العامة الشروق نيوز
إذاعة الشروق
Archives

Sabri Boukadoum, ministre des Affaires étrangères

Le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum a mis l’accent, lundi, sur la nécessité d’aboutir à un «consensus national » sur la politique extérieure du pays.

Lors d’une séance de travail avec les membres de la Commission des Affaires étrangères, de la coopération et de la communauté nationale à l’étranger de l’Assemblée populaire nationale (APN), présidée par Abdelkader Abdellaoui, président de ladite commission, le chef de la diplomatie algérienne a affirmé que « les secteurs de la Politique extérieure et de la Défense nationale doivent faire l’objet d’un consensus national à l’intérieur du pays», soutenant qu’« il ne faut absolument pas qu’il y ait des divergences sur ces deux secteurs dont les prérogatives relèvent du président de la République, comme c’est le cas dans tous les pays du monde ».

«La direction de la politique extérieure bénéficie d’un intérêt soutenu au sein du programme global du renouveau national et d’édification d’une Algérie nouvelle», et ce, en accordant à notre pays « la place qui lui sied, dans le cadre des principes connus de la diplomatie algérienne », a-t-il souligné.

A cet effet, Sabri Boukadoum a rappelé ces principes qui sont: «le respect de la souveraineté des pays, de leur indépendance et de leur intégrité territoriale, la non-ingérence dans les affaires internes des pays, le respect des règles de bon voisinage, le règlement pacifique des conflits et le soutien des causes justes».

«L’action diplomatique est adaptée, précise le MAE, sur la base de la tryptique: souveraineté, sécurité et développement » de façon à assurer «la défense des intérêts suprêmes de la Nation, la préservation de la sécurité nationale et la réalisation d’une décision souveraine et indépendante avec une meilleure exploitation des opportunités du partenariat et de coopération au service du développement».

Le ministre a réaffirmé que l’Algérie poursuivrait ses efforts en faveur de la restauration de la paix et de la sécurité au Mali, en Palestine et au Sahara Occidental.

Sur la question libyenne, il a qualifié la situation qui prévaut dans ce pays voisin de dangereuse, ajoutant que l’Algérie continuera de déployer des efforts en vue d’aboutir à la désescalade et de soutenir les Libyens à se remettre autour de la table et prôner la voie de dialogue.

Algérie Politique extérieure Sabri Boukadoum

En relation

600

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!

close
close