الأربعاء 28 أكتوبر 2020 م, الموافق لـ 11 ربيع الأول 1442 هـ آخر تحديث 01:16
الشروق العامة الشروق نيوز
إذاعة الشروق
Dr

Le nouveau coronavirus arrive à empêcher la production d’interféron, c’est-à-dire la réaction immunitaire qui permet de combattre l’infection. C’est la raison pour laquelle l’organisme ne peut se défendre à un stade précoce de la maladie, estiment des chercheurs cités par Bloomberg.

La réponse tardive de l’organisme à l’intrusion du nouveau coronavirus est peut-être le moyen d’attaque principal de ce dernier, indique Bloomberg en se référant à différents chercheurs.

«Sa grande ruse consiste à éviter la réponse immunitaire innée initiale pendant une période de temps significative et, en particulier, à éviter une réponse précoce par l’interféron de type 1», explique Shane Crotty, professeur au Center for Infectious Disease and Vaccine Research à l’Institut La Jolla d’immunologie en Californie, citée par le journal.

Le virus SARS-CoV-2 réussit à influencer la réaction immunitaire en raison de ses gènes anti-interférons, lesquelles sont susceptibles d’arrêter ou de contrarier la production ou l’effet de ces protéines, poursuit Yuen Kwok-Yung, directeur des maladies infectieuses du département de microbiologie de l’Université de Hong Kong.

Selon une étude de Science citée par Bloomberg, des anticorps bloquant l’interféron sont apparus chez 101 des 987 patients atteints d’une forme grave de la maladie, mais chez aucune des 663 personnes présentant des formes légères ou asymptomatiques. Les patients de plus de 65 ans étaient également plus susceptibles que les jeunes d’avoir cette anomalie auto-immune.

Réaction rapide

L’importance de l’action antivirale de cette protéine a été particulièrement mise en valeur par certains chercheurs, selon lesquels l’interféron peut empêcher l’infection à développer l’insuffisance respiratoire potentiellement mortelle.

«Nous pensons que le temps [de la réaction, ndlr] peut être primordial, car ce n’est que dans la première phase [de la contamination, ndlr] qu’on peut vraiment combattre les particules virales et se défendre contre l’infection», a déclaré Alexander Hoischen, chef du groupe des technologies génomiques et d’immuno-génomique au Radboud University Medical Center à Nimègue, aux Pays-Bas.

Réaction excessive

Cependant, une réaction immunitaire excessive de l’interféron au virus peut entraîner une grave complication appelée la tempête de cytokine, poursuit le journal. Celle-ci risque de provoquer une inflammation pulmonaire.

«C’est une maladie très intéressante car trop peu d’immunité n’est pas bon», a conclu Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, cité par Bloomberg.

En relation

600

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!

close
close