الثلاثاء 24 نوفمبر 2020 م, الموافق لـ 08 ربيع الآخر 1442 هـ
الشروق العامة الشروق نيوز
إذاعة الشروق
D.R

Les deux femmes ayant agressé à l’arme blanche deux Algériennes dimanche soir, dans le 7e arrondissement de Paris, ont été interpellées.

Selon la presse française, les deux suspectes ont été présentées mercredi ,à l’issue de leur garde à vue, à un juge d’instruction en vue de l’ouverture d’une information judiciaire du chef de violence volontaire.  Elles sont suspectées d’avoir grièvement blessé deux femmes d’origine algérienne « Kenza » et « Amel » qui se promenaient, dimanche en fin d’après-midi, près du Champ-de-Mars, et d’avoir proféré au moins une insulte à caractère raciste.

Les victimes ont été transportées à l’hôpital en urgence absolue, sans que leur pronostic vital ne soit engagé.

Dans un premier temps, les enquêteurs n’avaient en leur possession « aucun élément qui permet d’accréditer la thèse d’un mobile raciste ou lié au port du voile », a indiqué un journal français- citant une source judiciaire. Mais mercredi, le parquet fait savoir qu’il retient finalement le caractère raciste de l’agression, ce qui constitue une circonstance aggravante.

En effet, tout a commencé vers 20h, lorsque les deux victimes “voilées” ont été importunées par des chiens non tenus en laisse. Un différend a alors éclaté avec les deux propriétaires des animaux, deux femmes fortement alcoolisées. L’une d’elle a alors porté des coups de couteau aux victimes avant de prendre la fuite.

Après la décapitation d’un prof d’histoire le 16 octobre dernier, les autorités françaises ont décidé d’expulser quelque 230 personnes fichées pour radicalisation et de fermer la mosquée de Pantin, en région parisienne.

Le président français avait déclaré dimanche soir que « la peur va changer de camp ».

Paris racisme Radicalisation

En relation

600

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!

close
close