السبت 23 جانفي 2021 م, الموافق لـ 09 جمادى الآخرة 1442 هـ
الشروق العامة الشروق نيوز
إذاعة الشروق
D.R

Boukhalfa Yaïci, président du Cluster énergie solaire a indiqué au  sujet de l’énergie solaire – présentée depuis plusieurs années en Algérie comme un projet phare et une alternative aux hydrocarbures- qu’«au-delà des intentions, aucune action n’est engagée concrètement, puisque jusqu’à aujourd’hui nous sommes toujours dans la phase intention».

«On parle des choses qu’on va pouvoir faire, mais il n’y a pas d’actions qui se mettent en place pour lancer la machine d’une manière durable», a-t-il déploré lors de son passage dans l’émission “L’Invité de la rédaction” de la Chaîne III de la Radio nationale.

Pour ce qui est des principales raisons de la non-application du programme des énergies renouvelables, Boukhalfa Yaïci a évoqué des énormes réticences de ceux en charge de son application.

Selon lui, «seuls 390 MW ont été réalisés sur le programme des 22.000 MW», jugeant ce chiffre «insignifiant».

Boukhalfa Yaïci a estimé à ce titre que «beaucoup de temps a été perdu en 10 ans», insistant sur l’«implication du secteur privé dans le développement des énergies renouvelables».

De l’avis de l’interlocuteur, «il faut surtout donner la priorité aux entreprises locales».

L’ancien ministre de l’Energie, Mohamed Arkab a annoncé en juin dernier de concertations en cours avec la partie en charge de l’initiative allemande “Desertec” pour le lancement des projets de centrales solaires.

Algérie desertec énergie solaire

En relation

600

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!

close
close