-- -- -- / -- -- --
إدارة الموقع

Guerre en Ukraine: l’AIEA redoute une “catastrophe nucléaire”

Echoroukonline
  • 3980
  • 0
Guerre en Ukraine: l’AIEA redoute une “catastrophe nucléaire”
D.R

L’Agence internationale pour l’énergie atomique, par la voix de son directeur général Rafael Grossi, s’est montré particulièrement alarmiste a la suite des nouvelles frappes qui ont touché la centrale nucléaire de Zaporijjia en Ukraine, la plus grande d’Europe.

L’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA) a jugé ce samedi “de plus en plus alarmantes” les informations venant de la centrale nucléaire de Zaporijjia, la plus grande d’Europe, au lendemain de frappes a proximité, a rapporté BFMTV.

Les frappes de vendredi sont “les dernières d’une longue liste d’informations de plus en plus alarmantes”, a dénoncé le directeur général de l’AIEA Rafael Grossi, estimant qu’elles démontrent un “vrai risque réel de catastrophe nucléaire pouvant menacer la santé et l’environnement en Ukraine et au-dela”, selon un communiqué.

Samedi, la compagnie ukrainienne de l’énergie atomique Energoatom a indiqué que les bombardements avaient “gravement endommagé” une station renfermant de l’azote et de l’oxygène et un “batiment auxiliaire”.

“Il existe toujours des risques de fuite d’hydrogène et de substances radioactives, et le risque d’incendie est également élevé”, a-t-elle dit.

Les bélligérants se rejettent la faute

L’Ukraine et la Russie se sont mutuellement rejeté la faute, l’Ukraine évoquant deux frappes russes et la Russie des tirs d’artillerie ukrainiens.

“Je condamne toute violence commise dans ou a proximité” de la centrale et a l’encontre de son personnel, a déclaré Rafael Grossi. Toute “action militaire menaçant la sécurité et la sûreté” de la centrale est “complètement inacceptable et doit a tout prix être évitée”, a-t-il exhorté.

Il a réitéré son intention de conduire une mission d’experts sur place, rejetée jusqu’a présent par l’Ukraine par peur que cela ne légitime l’occupation russe du site.

Le président tchétchène met en scène la reddition de Zelensky dans une vidéo parodique

Le président tchétchène Ramzan Kadyrov a publié une vidéo parodique sur Telegram, dans laquelle il force le président Volodymyr Zelensky a signer la reddition de l’Ukraine face a la Russie.

La vidéo de propagande, longue d’une minute et 18 secondes, est apparue sur le canal Telegram du chef de guerre tchétchène. On peut y voir un sosie du président ukrainien Volodymyr Zelensky assis a une table présidentielle, vêtu de son t-shirt kaki caractéristique tandis que derrière lui, un homme hors du cadre pose sa main sur son épaule,  a rapporté BFMTV.

Visiblement effrayé, le faux Zelensky lit un discours sous la contrainte de la main invisible.

“Chers citoyens! Moi, président par intérim de l’Ukraine, commandant en chef des forces armées, j’approuve la reddition inconditionnelle de toutes nos forces armées sur terre, sur mer et dans les airs”, déclare l’acteur, imitant la voix de Volodymyr Zelensky.

En tremblant, le sosie poursuit en annonçant, dans un délai d’un mois, “la démilitarisation et la dénazification complètes de l’Ukraine”, avant de se corriger, “immédiatement!”, sous la pression de la main. Alors que l’acteur se tourne vers son bourreau, son visage est alors révélé: il s’agit de Ramzan Kadyrov, le président tchétchène et homme de main de Vladimir Poutine.

Apeuré, le faux Zelensky est ensuite contraint par Ramzan Kadyrov de scander le cri de guerre de l’armée tchéchène.

Zelensky, est-il consommateur de cocaïne?

Volodymyr Zelensky, un gros consommateur de cocaïne? C’est ce qu’affirment des comptes en ligne pro-russes ces derniers jours, partageant une vidéo pour appuyer cette hypothèse.

Sur cet extrait de quelques secondes, on voit le président ukrainien assis a son bureau en pleine réunion par visioconférence. A sa gauche, posée sur la table, trônent une carte bancaire et un gros tas de poudre blanche présentée comme de la cocaïne, a rapporté TF1.

Une rencontre avec Elon Musk

Pour les internautes de Signal ou de Twitter, ces images constituent la preuve ultime de l’addiction de Volodymyr Zelensky.  Mais celles-ci sont trafiquées, comme nous avons pu le constater en les examinant avec l’outil Forensic, qui permet de voir si des photos ou des captures d’écran ont fait l’objet d’un montage. D’ailleurs, ce montage n’a pas échappé a Eliot Higgins, fondateur du média d’investigation Bellingcat. Ayant retrouvé l’extrait original, le journaliste américain a juxtaposé les captures d’écran: on y voit, a gauche, le montage et a droite, l’authentique.

Si la vidéo originale est disponible sur YouTube, comme le fait remarquer Eliot Higgins, elle provient en réalité des réseaux sociaux de Volodymyr Zelensky. Le président ukrainien a posté le contenu il y a un mois sur son compte Instagram, après une nouvelle conversation avec le milliardaire Elon Musk. Si cet extrait largement partagé s’avère truqué, il n’est pas le premier montage a avoir circulé pour salir l’image du chef de l’Etat. Une autre rumeur au sujet de sa prétendue toxicomanie a enflé il y a quelques jours, renvoyant a une autre vidéo, datée cette fois de 2019.

D’après les sous-titres en français, Volodymyr Zelensky explique en russe, au cours d’une interview, a quel point il trouve la cocaïne “géniale”. Or, la vidéo juxtapose deux extraits bien réels de l’entretien dans le but de manipuler ses propos, a pu relever l’AFP Factuel. Dans l’originale, le président affirme au contraire ne pas consommer de drogue et simplement être “accro au café”. Ces fake news remontent même a 2019, au moment où Volodymyr Zelensky était l’un des candidats en lice pour la présidentielle. Ce dernier avait alors proposé de se soumettre a des tests de dépistage pour faire taire les rumeurs a son encontre.

Zelensky veut s’adresser a l’Union africaine

Le chef de l’Etat ukrainien Volodymyr Zelensky s’est entretenu avec son homologue sénégalais, Macky Sall, également président de l’organisation panafricaine.

Le chef de l’Etat sénégalais Macky Sall, également président de l’Union africaine (UA), s’est entretenu lundi 11 avril du conflit entre la Russie et l’Ukraine avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui lui a dit vouloir “faire une communication a l’UA”, a-t-il annoncé dans un tweet.

Cette annonce survient alors que les Etats africains sont apparus a plusieurs reprises divisés sur la conduite a adopter vis-a-vis de Moscou depuis la guerre déclenchée par l’invasion russe de l’Ukraine.

“Je remercie le président [Zelensky] pour son appel de ce jour. Nous avons évoqué l’impact de la guerre en Ukraine sur l’économie mondiale et la nécessité de privilégier le dialogue pour une issue négociée du conflit”, a écrit M. Sall sur son compte Twitter. “J’ai noté également sa demande de faire une communication a l’UA”, a-t-il ajouté.

Macky Sall avait annoncé le 9 mars avoir appelé le président russe Vladimir Poutine pour ” solliciter un cessez-le-feu durable” en Ukraine. Le Sénégal fait partie des 58 pays (dont 24 d’Afrique) qui se sont abstenus lors du vote le 7 avril de l’Assemblée générale de l’ONU suspendant la Russie du Conseil des droits de l’homme en raison de l’invasion de l’Ukraine. Sur les autres Etats africains ayant participé au vote, 9 ont voté pour, et autant contre cette résolution.

“Non-alignement”

Dakar, aux relations fortes avec les pays occidentaux, avait déjà surpris la communauté internationale le 2 mars en s’abstenant lors d’un vote de l’Assemblée générale de l’ONU en faveur d’une résolution exigeant “que la Russie cesse immédiatement de recourir a la force contre l’Ukraine”. Le texte avait été approuvé par 141 pays, cinq ayant voté contre, et 35 s’étant alors abstenus.

Réaffirmant son “adhésion aux principes du non-alignement et du règlement pacifique des différends”, le Sénégal avait protesté début mars auprès de Kiev, après que l’ambassade d’Ukraine a Dakar eut publié un appel a venir combattre en Ukraine et annoncé avoir recruté sur le territoire sénégalais 36 personnes, de nationalité non précisée, pour aider dans la guerre contre les Russes.

Le 24 février, au premier jour de l’invasion russe, l’Union africaine avait appelé la Russie au respect “de l’intégrité territoriale et de la souveraineté nationale de l’Ukraine”, tout en exhortant Moscou et Kiev a un “cessez-le-feu immédiat”, et a l’ouverture de négociations sous l’égide de l’ONU.

Zelensky rappelle l’ambassadrice d’Ukraine au Maroc

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a rappelé les ambassadeurs d’Ukraine au Maroc et en Géorgie, jugeant qu’ils n’étaient pas assez efficaces» pour obtenir des armes ou des sanctions contre la Russie dans ces deux pays.

“Il y a ceux qui travaillent pour que l’Ukraine puisse se défendre et se battre pour son avenir et il y a ceux qui perdent leur temps en s’accrochant a leurs postes. J’ai signé un premier décret pour rappeler une telle personne, l’ambassadrice au Maroc” Oksana Vassilieva, a-t-il déclaré dans un message vidéo mercredi 30 mars, selon Le Figaro. “Nous avons aussi rappelé l’ambassadeur en Géorgie” Igor Dolgov, a ajouté le président ukrainien. L’ambassadeur ukrainien en Géorgie avait été rappelé début mars pour consultations suite au refus du gouvernement géorgien d’approuver des sanctions contre la Russie. Tbilissi empêchait par ailleurs l’arrivée de combattants volontaires depuis la Géorgie en Ukraine.

“Avec tout le respect, s’il n’y a pas d’armes, pas de sanctions, pas de restrictions contre le business russe, cherchez s’il vous plaît un autre travail”, a-t-il martelé. “J’attends des résultats dans les jours qui viennent de nos représentants en Amérique latine, au Moyen-Orient, en Asie du Sud-Est et en Afrique. J’attends également des résultats de nos attachés militaires. Le front diplomatique est un front clé et tous doivent travailler de façon efficace”, a-t-il conclu.

Zelensky: “L’OTAN est-elle dirigée par la Russie?”

Le président ukrainien a demandé samedi soir aux pays de l’Otan d’envoyer plus d’armement a l’Ukraine afin de faire face a l’invasion russe, assurant attendre cette aide depuis “31 jours”, soit le début du conflit.

Le chef de l’Etat ukrainien Volodymyr Zelensky a demandé une nouvelle fois avec force aux Occidentaux de fournir plus d’armes a l’Ukraine pour combattre l’invasion russe dans une vidéo publiée ce samedi soir, selon BFMTV.

“Nous avons besoin de plus d’armement. Nous devons non seulement protéger l’Ukraine mais aussi les autres pays d’Europe de l’Est, sous la menace d’une invasion russe. Nous l’avons dit clairement lors de nos entretiens avec nos homologues américains en Pologne”, a-t-il assuré.

“Que fait l’Otan? Est-elle dirigée par la Russie? Qu’attendent-ils?”, a-t-il critiqué.

1% des avions et des chars de l’OTAN

“Quel est le prix de cette sécurité? C’est très spécifique. Ce sont des avions pour l’Ukraine. Ce sont des chars pour notre Etat. C’est la défense antimissile. C’est l’armement antinavire. C’est ce que nos partenaires ont. C’est ce qui est recouvert de poussière dans leurs hangars de stockage”, a appelé Volodymyr Zelensky.

Zelensky appelle le Qatar a augmenter la production de gaz

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky a appelé samedi le Qatar, un des principaux exportateurs de gaz naturel liquéfié au monde, a augmenter sa production pour contrer les menaces russes d’utiliser l’énergie “pour faire du chantage”.

“Je vous demande d’augmenter la production d’énergie pour que tout le monde en Russie comprenne que personne ne peut utiliser l’énergie comme une arme pour faire du chantage au monde entier”, a déclaré Volodymyr Zelensky dans un message vidéo diffusé lors du Forum de Doha, organisé au Qatar, dont les propos ont été traduits en anglais, selon le Figaro.

Zelensky demande a l’Otan “une aide militaire sans restriction”

Un mois après le début de la guerre, Volodymyr Zelensky demande a l’Otan de fournir “une aide militaire sans restriction” pour faire face a l’armée russe. Plus de la moitié des enfants du pays ont été déplacés depuis le début du conflit.

Le président ukrainien s’est exprimé face aux membres de l’Otan en visioconférence ce jeudi 24 mars 2022 et a demandé a l’institution “une aide militaire sans restriction”, selon Ouest France.

Les chefs d’Etat occidentaux sont attendus pour trois sommets organisés a Bruxelles, ce jeudi 24 mars. Le président américain Joe Biden, arrivé mercredi en Europe, y participera.

Zelensky interpelle les membres de l’Otan sur l’aide militaire. Dans une vidéo publiée sur son compte Telegram a l’attention des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Alliance atlantique rassemblés ce jeudi a Bruxelles, le président ukrainien a demandé a l’Otan de fournir “une aide militaire sans restriction” a son pays, pour qu’il puisse faire face a l’armée russe que Kiev affronte pour l’instant “dans des conditions inégales”.

Zelensky insiste sur une rencontre en “tête-a-tête” avec Poutine

Le président ukrainien estime que seule une rencontre avec son homologue russe, “sous quelque forme que ce soit”, permettra d'”arrêter la guerre”.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a insisté sur la nécessité d’une “rencontre”, “sous quelque forme que ce soit”, avec son homologue russe Vladimir Poutine pour “arrêter la guerre” en Ukraine, a rapporté BFMTV.

“Je crois que, sans cette rencontre, il est impossible de comprendre pleinement ce a quoi ils [les Russes] sont prêts pour arrêter la guerre”, a déclaré Volodymyr Zelensky dans un entretien avec Suspilne, un média public régional ukrainien.

“Sans négociations, on n’arrêtera pas la guerre”

Volodymyr Zelensky, pour qui, comme il l’a récemment souligné, “sans négociations, on n’arrêtera pas la guerre”, a déja a plusieurs reprises appelé a une réunion au sommet avec Vladimir Poutine, mais son appel de lundi est particulièrement insistant.

Plusieurs sessions de pourparlers se sont déroulées en présentiel et par visioconférence, entre des délégations russe et ukrainienne, depuis le début de l’invasion russe de l’Ukraine, le 24 février.

Moscou suggère une Ukraine “neutre”, Kiev rejette l’idée

Une neutralité de l’Ukraine sur le modèle de la Suède et de l’Autriche est le compromis que les négociateurs russes et ukrainiens discutent actuellement, a indiqué ce mercredi le Kremlin. Dans la foulée, Kiev a rejeté cette idée, tout en demandant des des “garanties de sécurité absolues” face a la Russie.

“L’Ukraine est maintenant en état de guerre directe avec la Russie. Par conséquent, le modèle ne peut être qu”ukrainien'”, a déclaré un des négociateurs ukrainiens Mykhaïlo Podoliak dans des commentaires publiés par la présidence.

Il précise vouloir des “garanties de sécurité absolues” face a la Russie et dont les signataires s’engageraient a intervenir du côté de l’Ukraine en cas d’agression.

“Modèles de neutralité”

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, et le négociateur russe Vladimir Medinski avaient évoqué l’Autriche et la Suède comme des modèles de neutralité a suivre par l’Ukraine pour permettre un compromis, selon BFMTV.

Zelensky: “Il faut reconnaître que l’Ukraine ne pourra pas intégrer l’Otan”

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a fini par reconnaître que son pays ne pourra pas adhérer a l’Otan.

Volodymyr Zelensky multiplie les signaux d’ouverture en direction de la Russie. «Il faut reconnaître» que l’Ukraine ne pourra pas adhérer a l’Otan a déclaré ce mardi le président ukrainien, alors que ce dossier est l’un des principaux motifs avancés par la Russie pour justifier son invasion de son pays, en guerre depuis le 24 février, a rapporté le journal français Libération.

«Nous avons entendu pendant des années que les portes étaient ouvertes, mais nous avons aussi entendu que nous ne pourrions pas adhérer. C’est la vérité et il faut le reconnaître», a déclaré Zelensky. «Je suis content que notre peuple commence a le comprendre et a ne compter que sur ses forces», a-t-il ajouté.

Le président Ukrainien a toutefois regretté que l’Otan, «qui semble hypnotisée par l’agression russe», refuse de créer une zone d’exclusion aérienne au-dessus de l’Ukraine, une demande répétée de Kyiv ces derniers jours. «On entend des arguments selon lesquels la Troisième Guerre mondiale pourrait commencer si l’Otan ferme son ciel pour les avions russes. C’est pour cela que la zone humanitaire aérienne n’a pas été créée au-dessus de l’Ukraine et c’est pour cela que les Russes peuvent bombarder les villes et tuer des gens, faire sauter des hôpitaux et des écoles», a-t-il lancé. Et de souligner que la zone d’exclusion aurait permis d’interdire a tout avion russe de survoler son pays, sous peine d’être détruit par l’aviation de l’Otan. «Aujourd’hui, la direction de l’Alliance a donné le feu vert a la poursuite des bombardements sur des villes et villages ukrainiens, en refusant d’instaurer une zone d’exclusion aérienne», avait-il notamment affirmé dans une vidéo publiée le 4 mars par la présidence ukrainienne. Mais pour l’Otan, l’instauration d’une telle zone équivaudrait a une déclaration de guerre.

Zelensky: «Les roquettes russes vont tomber sur l’Otan si… »

Le président ukrainien a de nouveau exhorté l’Otan a instaurer une zone d’exclusion aérienne au-dessus de son pays, prévenant qu’a défaut l’organisation risquait de voir des «roquettes russes» tomber sur ses Etats membres.

«Si vous ne verrouillez pas notre ciel, ce n’est qu’une question de temps, les roquettes russes vont tomber sur votre territoire, sur le territoire de l’Otan, sur les maisons des citoyens de l’Otan», a déclaré Zelensky dans une allocution vidéo diffusée peu après minuit.

Selon le Figaro, le président ukrainien s’exprimait au lendemain de frappes aériennes russes sur une base d’entraînement ukrainienne située a une vingtaine de kilomètres de la Pologne, membre de l’Otan et de l’UE, près de la ville ukrainienne de Lviv (ouest). Selon les Ukrainiens, ces bombardements ont fait 35 morts et 134 blessés.

«Trente missiles sur la seule région de Lviv», a déclaré le président. «Il ne se passait rien qui puisse menacer le territoire de la Fédération de Russie. Et  a seulement 20 kilomètres des frontières de l’Otan.» «L’an dernier, j’avais clairement prévenu les dirigeants de l’Otan que si des mesures préventives sévères n’étaient pas prises contre la Fédération de Russie, elle déclencherait la guerre», a-t-il ajouté.

Le général polonais Waldemar Skrzypczak, ex-commandant de l’armée de l’air, avait indiqué plus tôt dans la journée que cette base servait a la formation d’unités de la légion étrangère, avec des volontaires qui arrivent en Ukraine pour combattre les Russes. C’est la également qu’arrive une partie de l’aide militaire livrée par les pays occidentaux a l’Ukraine depuis son invasion par la Russie le 24 février.

L’OMS recommande a l’Ukraine de détruire les “pathogènes dangereux” dans ses laboratoires

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a «fortement recommandé» ce vendredi 11 janvier a l’Ukraine de détruire d’éventuels «pathogènes très dangereux» dans ses laboratoires, pour éviter tout risque de contamination de la population, a cause de la guerre qui fait rage dans une partie du pays.

Consciente de l’inquiétude que cette recommandation peut créer après les menaces sur les installations nucléaires civiles, l’agence onusienne l’a replacée dans le contexte plus large de sa coopération depuis de nombreuses années avec les autorités ukrainiennes pour améliorer la sécurité dans ces installations, selon le Nouvel Obs.

 « Une approche basée sur l’évaluation des risques »

L’OMS dans ses recommandations générales sur la sécurité dans les laboratoires « insiste toujours sur une approche basée sur l’évaluation des risques », a souligné Tarik Jasarevic, un porte-parole de l’OMS, interrogé au cours d’un point de presse de l’ONU a Genève.

« Les laboratoires devraient toujours tenir compte de la situation dans laquelle ils se trouvent et s’assurer qu’en cas de menace, il y a moyen d’éliminer, en toute sécurité, les pathogènes qui se trouvent normalement dans tous ces pays pour des raisons de santé publique, et ainsi éviter une fuite accidentelle », a souligné Tarik Jasarevic.

La Russie accuse Washington et Kiev de gérer des laboratoires destinés a produire des armes biologiques en Ukraine, ce qui a été démenti par les deux capitales.

Démenti de Zelensky

Dans une adresse a la nation ce vendredi, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a nié tout développement d’arme chimique par son pays. «Je suis le président d’un pays décent, d’un peuple décent, et je suis le père de deux enfants. Personne ne développe une quelconque arme chimique ou de destruction massive sur mon territoire», a-t-il affirmé.

Le président ukrainien dénonce “les promesses non tenues” des Occidentaux

Dans une vidéo publiée ce mardi, le président ukrainien dénonce les “promesses” non tenues des Occidentaux, estimant qu’ils n’ont pas “sécurisé le ciel ukrainien des assassins russes.”

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dénoncé ce mardi les “promesses” non tenues des Occidentaux pour protéger l’Ukraine des attaques russes, selon BFMTV.

“Cela fait treize jours qu’on entend des promesses. Treize jours qu’on nous dit qu’on nous aidera dans le ciel, qu’il y aura des avions, qu’on nous les livrera”, a-t-il déclaré dans une vidéo publiée sur Telegram.

“Mais la responsabilité pour cela repose aussi sur ceux qui n’ont pas été capables de prendre une décision en Occident depuis 13 jours. Sur ceux qui n’ont pas sécurisé le ciel ukrainien des assassins russes”, a-t-il ajouté.

Zelensky veut une zone d’exclusion aérienne au-dessus de l’Ukraine

Volodymyr Zelensky réclame a cor et a cri la mise en place d’une zone d’exclusion aérienne au-dessus de l’Ukraine, mais cette option a été catégoriquement exclue par les Etats-Unis comme l’Otan.

Samedi, Vladimir Poutine a prévenu qu’il considérerait une telle zone “comme une participation au conflit armé”. Sur le terrain, les forces russes continuent a se déployer autour des villes, ou a les bombarder, au treizième jour de l’invasion russe.

Au moins 21 personnes ont péri lundi dans des frappes aériennes russes contre Soumy, près de la frontière russo-ukrainienne, ont annoncé mardi les autorités ukrainiennes.

Zelensky demande aux Européens de “prouver qu’ils sont avec l’Ukraine”

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui réclame une intégration “sans délai” de son pays a l’UE a la suite de l’invasion russe, a demandé mardi aux Européens de “prouver” qu’ils étaient “avec l’Ukraine”.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’est exprimé devant les députés européens, mardi 1er mars, en vidéoconférence en direct d’un d’une session plénière extraordinaire a Bruxelles.

“Ne nous lachez pas”, a-t-il demandé dans son discours, tout en demandant aux Européens de “prouver qu’ils sont avec l’Ukraine”. “L’Europe sera beaucoup plus forte avec l’Ukraine en son sein […]. Sans vous, l’Ukraine sera seule”, a-t-il ajouté, suscitant une ovation et des applaudissements nourris dans l’hémicycle.

“Nous allons vaincre”

“Nous nous battons pour notre survie […], mais nous nous battons aussi pour être des membres égaux en droits de l’Europe […]. Donc, prouvez que vous êtes avec nous, prouvez-nous que vous ne nous abandonnez pas, et que vous êtes vraiment des Européens”, a-t-il insisté.

“Nous prendrons nos responsabilités”, lui a répondu quelques instants plus tard le président du Conseil européen, Charles Michel.

“Nous allons vaincre, je suis sûr […]. Le choix européen de l’Ukraine, c’est le chemin sur lequel nous nous engageons aujourd’hui. Et j’aimerais entendre de vous aujourd’hui que l’Europe choisit l’Ukraine”, a lancé aux députés européens Volodymyr Zelensky.

“Nous nous battons pour nos droits, pour nos libertés, pour nos vies, pour notre survie […]. Personne ne va nous briser. Nous sommes forts, nous sommes des Ukrainiens”, a-t-il ajouté, apparaissant a l’écran vêtu d’un simple T-shirt sombre.

Ukraine: le plus gros avion du monde détruit par la Russie

Le plus gros avion du monde -Antonov An-225- a été détruit par les forces aéroportées russes sur une piste de l’aéroport d’Hostomel.

Mriya (“Rêve” en français) était le nom en ukrainien de l’Antonov An-225, le plus gros avion du monde. Sa destruction, d’abord démentie par l’Ukraine, a finalement été confirmée par Dmytro Kuleba, ministre ukrainien des Affaires étrangères, a rapporté BFMTV. Il était stationné sur une piste de Hostomel, un aéroport international réservé au fret, situé près de la ville d’Hostomel a une vingtaine de kilomètres de Kiev.

L’appareil a été pilonné dans la nuit du 24 au 25 février par l’aviation russe. Sur une vidéo provenant d’un drone et dévoilée par Air&Cosmos, on peut voir l’appareil en feu dans son hangar.

“La Russie a peut-être détruit notre ‘Mriya’. Mais ils ne pourront jamais détruire notre rêve d’un Etat européen fort, libre et démocratique. Nous vaincrons!”, a déclaré Dmytro Kuleba sur Twitter.

Un seul exemplaire au monde

Cet avion-cargo a démarré sa carrière en 1988 et était chaque année mis a l’honneur pour la fête de l’indépendance ukrainienne, le 24 août. Produit en un seul exemplaire, ses dimensions étaient impressionnantes. L’AN-225 est en effet 11 mètres plus long que l’A380, le gros porteur d’Airbus (84 mètres contre 73 mètres) et 38% plus lourd (quasiment 600 tonnes). Il a été conçu pour transporter la navette spatiale russe Bourane.

 Zelensky prêt a des négociations avec Moscou, mais pas au Bélarus

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’es dit prêt ce dimanche a des négociations avec Moscou, mais pas au Bélarus, comme proposé par la Russie. Dans une vidéo postée en ligne ce matin, il a affirmé que “n’importe quelle ville” lui conviendrait, mais pas Gomel.

Le président ukrainien a rejeté ce dimanche la proposition russe de pourparlers a Gomel au Bélarus, car ce pays sert de base arrière a l’invasion de l’Ukraine, affirmant que “n’importe quelle autre ville” conviendrait, a rapporté Europe 1. “Varsovie, Bratislava, Budapest, Istanbul, Bakou. Nous les avons toutes proposées. Et n’importe quelle autre ville nous conviendrait”, a-t-il dit dans une vidéo en ligne.

La Russie dit vouloir négocier au Bélarus

S’adressant aux Bélarusses dans cette allocution, il fait remarquer que “si de votre territoire il n’y avait pas d’actions offensives, on aurait pu parler a Minsk”. Vendredi déja, la Russie avait dit vouloir négocier avec les Ukrainiens mais uniquement au Bélarus, bien que l’invasion du nord de l’Ukraine et l’offensive sur Kiev soit partie de ce pays.

Dimanche, le Kremlin a récidivé. Une délégation de représentants des “ministères des Affaires étrangères, de la Défense et d’autres services, notamment de l’administration présidentielle est arrivée au Bélarus pour des négociations avec les Ukrainiens”, selon le porte-parole de la présidence russe, cité par les agences nationales.

En outre, au moment où ses services évoquaient des pourparlers vendredi, le président Vladimir Poutine avait appelé l’armée ukrainienne a faire un coup d’Etat et traité les autorités du pays de “clique de drogués et néonazis”.

Ajoutez un Commentaire

Tous les champs sont obligatoires et votre e-mail ne sera pas publié. Veuillez respecter la politique de confidentialité.

Votre commentaire a été envoyé pour examen, il sera publié après approbation!
Commentaires
0
Pardon! Il n'y a pas de contenu a afficher!