الثلاثاء 22 ماي 2018 م, الموافق لـ 06 رمضان 1439 هـ آخر تحديث 13:15
الشروق العامة الشروق نيوز بنة تي في
إذاعة الشروق
Archives

Pasquale Ferrara, ambassadeur d’Italie à Alger

L’ambassadeur d’Italie à Alger, Pasquale Ferrara n’a pas laissé échapper l’occasion de dissiper les appréhensions de l’Algérie exprimées par le premier responsable de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Keddour qui a accusé l’Italie d’exercer du chantage contre l’Algérie, affirmant que son pays était disposé à entretenir des relations énergétiques permanentes avec l’Algérie.

“Etant donné qu’il s’agit de grands investissements, les entreprises exerçant dans le secteur de l’énergie cherchent à nouer des relations qui durent dans le temps”, a souligné l’ambassadeur italien, avant d’ajouter:”Les relations avec l’Algérie au sujet des contrats de gaz déboucheront sur de bons résultats”. C’est ainsi qu’a répondu le diplomate italien aux propos tenus récemment par le P-dg de Sonatrach.

Interrogé sur les négociations en cours entre les autorités algériennes et leurs homologues italiennes, Pasquale Ferrara a dit: “Nous concernant, les entretiens se déroulent de belle manière car il s’agit d’un long parcours. Nous pourrons ensuite négocier sur les petits détails et les difficultés constatées”.

Par ailleurs, le diplomate italien est revenu sur le géant énergétique italien “ENI” et son avis sur l’investissement en Algérie, indiquant que la société italienne émet le vœu d’investir de nouveau en Algérie dans les domaines de pétrochimie, d’exploration du pétrole et du gaz offshore. 

En outre, il a annoncé de nouveaux projets d’investissement italien en Algérie, notamment en matière de la construction automobile, rappelant à cet effet la visite effectuée, il y a dix jours, en Algérie par les responsables du constructeur automobile italien, “Fiat- Chrysler “pour étudier le dossier avec les officiels algériens.

Selon lui, la société italienne s’attèle à étudier les lois algériennes relatives à la construction automobile, entre autres le cahier des charges établi dernièrement par l’exécutif.

Pasquale Ferrara a fait savoir également que les investisseurs italiens souhaitent investir dans différents domaines, à savoir la fabrication du ciment, la construction des ascenseurs, les travaux publics et les énergies renouvelables. Il y a lieu à rappeler, à cet égard, que le gouvernement algérien entend diversifier son économie pour sortir de la dépendance en hydrocarbures, surtout après l’effondrement des cours de pétrole.

Notons enfin que le responsable italien a insisté sur la nécessité de créer un espace d’échanges entre hommes d’affaires algériens et italiens, dont le club créé par l’ambassade d’Italie d’une part et le Forum des chefs d’entreprise (FCE) devrait jouer le rôle de trait d’union entre les opérateurs économiques des deux pays.

En relation

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!