الثلاثاء 18 ديسمبر 2018 م, الموافق لـ 10 ربيع الآخر 1440 هـ آخر تحديث 17:04
الشروق العامة الشروق نيوز بنة تي في
إذاعة الشروق

Alors que le Prince Héritier Saoudien Mohamed Ben Selmane a choisi de prolonger sa visite en Algérie de deux jours, il n’a passé en fait que quelques heures en Tunisie et en Mauritanie, la dernière étape de son périple à l’étranger avant son arrivée ce Dimanche à l’aéroport international Houari Boumediene d’Alger.

La prolongation de la visite de Ben Selmane en Algérie et l’absence d’une visite par ce dernier au Royaume du Maroc, allié traditionnel de l’Arabie Saoudite et des Royaumes et Emirats du Golfe Persique, ont suscité beaucoup d’interrogations, ce qui a surpris de nombreux observateurs.

Conscient de l’importance que la partie Saoudienne attache à cette visite en Algérie, le Prince Héritier Ben Selmane est arrivé à Alger escorter d’une délégation officielle de haut niveau composée de membres du gouvernement, d’hommes d’affaires et de personnalités importantes, a fait savoir l’agence APS.

Cette visite, selon la déclaration présidentielle, vise à “consolider les relations privilégiées entre les deux pays et les deux peuples frères, et donnera un nouvel élan à la coopération bilatérale et à la réalisation de projets de partenariat et d’investissement et ouvrira de nouveaux horizons aux hommes d’affaires pour augmenter le volume des échanges commerciaux et développer le partenariat économique entre les deux pays.

Cependant, cette visite cache à son tour des contours géopolitiques, qui prédisent l’existence d’une effervescence dans certaines zones de la région, avec en toile de fond un déclin de la chaleur de la relation qui a caractérisé jusque là l’axe Rabat-Riyad.

Le signe le plus frappant est peut-être le mutisme qui a caractérisé la position du Maroc sur la récente crise qui a secoué l’Arabie Saoudite suite à l’horrible assassinat du journaliste Saoudien Jamal Khashoggi à l’intérieur du Consulat d’Arabie Saoudite à Istanbul (Turquie).

Le Maroc n’a pas exprimé de position de soutien sur cette lancinante question à un moment où elle était particulièrement nécessaire alors que l’Arabie Saoudite était la cible d’une tempête diplomatique et médiatique à cause de l’affaire Khashoggi, contrairement aux positions de soutien à Riyad adoptés par des pays réputés proches de l’Arabie saoudite, tels que les Émirats Arabes Unis, Bahreïn et l’Égypte.

Les relations étroites entre Rabat et Riyad ont toujours été à un niveau indiscutable.

Dans ce contexte, L’Arabie Saoudite n’a pas manqué dans le passé récent de financer les transactions d’armes conclues par le Maroc avec des fabricants occidentaux, notamment avec la France (pour la livraison d’avions Rafale), par exemple, tandis que les relations entre l’Algérie et l’Arabie Saoudite ont été érodées par de nombreuses divergences, notamment sur l’approche idoine à adopter sur de nombreux problèmes régionaux et internationaux.

Pourquoi cette fracture soudaine entre Rabat et Riyad? Qu’est-ce que le Prince Héritier Saoudien entend par ces visites dans tous les pays Arabes alliés à son pays (les Émirats Arabes Unis, Bahreïn et l’Égypte) et même ceux qui entretiennent des relations de second ordre avec Riyad (Algérie, Tunisie et Mauritanie) sans se rendre au Maroc lors de premier périple à l’étranger?

L’Arabie Saoudite a-t-elle changé de stratégie au Maghreb, de telle sorte que le Maroc a été exclu du cercle des partenaires proches et quel est l’arrière-plan de cette stratégie mouvante?

L’Algérie est-elle devenue le premier partenaire de l’Arabie Saoudite dans la région, du moins en raison de la nature et de la qualité de la délégation qui accompagne le Prince Héritier Saoudien lors de sa visite en Algérie?

Quel est l’arrière-plan de la froideur actuelle des relations entre Riyad et le Maroc? Cela a-t-il quelque chose à voir avec la direction du Gouvernement dirigé par les islamistes Marocains? Que peut gagner l’Algérie de la tension silencieuse qui caractérise les relations entre le Maroc et l’Arabie Saoudite?

La visite de Ben Selmane entraînera-t-elle une décision audacieuse de l’Arabie Saoudite de réduire sa production de pétrole, ce qui a déjà entrainé l’effondrement des prix du pétrole, sur le marché international malgré le refus du Président Américain à cet égard.

En tous cas, les résultats de la visite de Ben Selmane apporteront sûrement des réponses à ces questions et à bien d’autres.

https://goo.gl/tvzeoE

En relation

1 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم
  • b200

    Le changement est du coté de la russi qui a fermée l’aire de la période communiste pas sur le plan économique qui reste a refaire mais sur le plan relationnel. ils n’ont plus un dent injustifié contre les arabes du golf..la Russi va récupérer son humanisme d’antan..des gens simples et sympathiques et surtout de fort croyants..on se partage la meme terre on s’entraide en cas de catastrophe naturels on se passe des aides en cas de disette, chacun pour soit et Dieu pour tous..

close
close