الثلاثاء 24 نوفمبر 2020 م, الموافق لـ 08 ربيع الآخر 1442 هـ
الشروق العامة الشروق نيوز
إذاعة الشروق
Dr

La journaliste Patricia Martin a affirmé sur France Inter que les questions de blasphème devaient se régler dans les prétoires. Ses propos ont créé la controverse sur les réseaux sociaux, plusieurs de ses confrères lui rappelant que le délit de blasphème avait été aboli en France.

Dans la matinale de France Inter, la journaliste Patricia Martin a affirmé que les affaires de blasphème devaient se régler en justice. Réagissant à la mort de Samuel Paty, enseignant décapité par un terroriste qui lui reprochait d’avoir montré une caricature du prophète Mohammad « QSSSL » en classe, la journaliste a déclaré «le blasphème doit passer devant les tribunaux».

Elle a tout de suite été reprise par l’un de ses invités, Ghaleb Bencheikh, président de la Fondation de l’Islam de France qui lui a rappelé que le délit de blasphème n’existait plus en France.

«Dans notre pays, et c’est tant mieux, il n’y a pas ce délit. Si on passe devant les tribunaux, on sera débouté», a précisé Ghaleb Bencheikh sur France Inter.

Des propos qui font polémique

Les propos de Patricia Martin n’ont pas tardé à créer la controverse sur les réseaux sociaux. Plusieurs de ses confrères lui ont fait remarquer son erreur à l’instar de Clément Weill-Raynal qui a rappelé sur Twitter que le Code pénal ne reconnaissait pas le délit de blasphème «même si les islamistes rêvent de l’instaurer

abolition Blasphème France

En relation

600

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!

close
close