الثلاثاء 24 نوفمبر 2020 م, الموافق لـ 08 ربيع الآخر 1442 هـ
الشروق العامة الشروق نيوز
إذاعة الشروق
D.R

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a réitéré ,lors d’une visite au Mali, l’attachement de son pays à la mise en œuvre des accords d’Alger.

«Cette visite permettra de rappeler notre attachement à la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger, un sujet qui sera aussi abordé avec les groupes signataires » a clarifié le chef de la diplomatie française qui effectue un premier déplacement d’un haut responsable français dans ce pays depuis le renversement de l’ancien président malien Ibrahim Boubacar Keita (IBK).

Il s’agit de « travailler avec les autorités sur les paramètres de cette charte, qui intègre à la fois la mise en œuvre des accords d’Alger, la lutte contre la corruption, contre l’impunité et la poursuite des combats entre les jihadistes, en particulier dans le cadre de la force conjointe du G5 Sahel », a précisé Jean-Yves Le Drian à l’AFP.

« Au Mali nous avons, comme l’Algérie, salué la mise en place d’une transition. Celle-ci doit conduire à la tenue d’élections ouvertes, libres et transparentes et au rétablissement de l’ordre constitutionnel. Comme l’Algérie, nous appelons à l’application d’ensemble de l’accord de paix d’Alger », a déclaré le chef du Quai d’Orsay lors de sa visite de deux jours effectuée le 15 octobre dernier en Algérie.

Alger prône l’union nationale au Mali

Sur le dossier libyen, l’Algérie avait affirmé qu’elle suivait « de près les développements de la situation sécuritaire et politique au Mali frère ».

Pour le président de la République Abdelmadjid Tebboune, « la stabilité au Mali est un appui à notre sécurité stratégique et nationale, basé sur l’accord de paix et de réconciliation issu du processus d’Alger, lequel se veut la solution idoine et durable à même de mettre fin au conflit opposant les antagonistes maliens ».

Le chef de l’Etat a affirmé, il y a deux semaines, que « Nous prônons l’union nationale au Mali et n’accepterons pas de scission du pays ni de division du peuple malien », soutenant que « la solution au Mali passe par la légitimité populaire. Les jeunes maliens doivent être associés à la gestion de leur pays, tout leur en trouvant des solutions économiques », affirmant par là même « la disposition de « l’Algérie à aider ce pays ».

Toutefois, il a averti que « si le problème malien n’est pas réglé dans les plus brefs délais, il prendra d’autres proportions pouvant mener à des dérapages susceptibles d’entamer la stabilité d’autres pays africains ».

Echoroukonline / Moussa. K.

Algérie Jean-Yves Le Drian Mali

En relation

600

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!

close
close