الخميس 24 سبتمبر 2020 م, الموافق لـ 06 صفر 1442 هـ آخر تحديث 13:25
الشروق العامة الشروق نيوز
إذاعة الشروق
Dr

Les autorités américaines ont pour la première fois confisqué la cargaison de quatre pétroliers iraniens se dirigeant vers le Venezuela, relate le Wall Street Journal, signalant que l’administration Trump s’attend à ce que ces saisies dissuadent les compagnies maritimes de traiter avec l’Iran et le Venezuela.

Les États-Unis ont pour la première fois confisqué des cargaisons de navires supposément chargés de carburant iranien en violation des sanctions, ont déclaré des responsables américains cités par le Wall Street Journal.

Ces saisies sont néanmoins illégales du point de vue du droit international.

Les quatre navires – le Luna, le Pandi, le Bering et le Bella – ont été saisis en mer ces derniers jours et sont maintenant en route vers Houston, ont indiqué les responsables.

L’un d’entre eux a précisé que les navires avaient été pris sans recours à la force militaire, mais n’a fourni aucun autre détail.

Selon le journal, les pétroliers faisaient partie d’un schéma mis en place par des entreprises iraniennes affiliées au Corps des Gardiens de la révolution islamique afin de contourner les sanctions américaines.

Le ministère de la Justice a refusé de commenter pour le moment.

Washington va ajouter à sa liste noire des dizaines de pétroliers étrangers commerçant avec le Venezuela, selon Reuters

Au mois de juillet, les procureurs fédéraux américains ont intenté une action pour saisir les quatre pétroliers envoyés par l’Iran au Venezuela, dans le cadre de la dernière initiative de l’administration visant à étouffer les flux de marchandises et d’argent aidant à maintenir au pouvoir deux de ses principaux ennemis.

Le journal signale que cette action est la dernière d’une série de mesures prises par les États-Unis contre l’Iran et son allié le Venezuela dans le cadre d’une vaste opération visant à faire pression sur les gouvernements de Téhéran et de Caracas pour qu’ils répondent aux demandes américaines.

L’administration états-unienne compte pouvoir ainsi dissuader les compagnies maritimes de traiter avec les Iraniens et les Vénézuéliens, affirment de hauts responsables américains.

Il a été précisé que la saisie concerne uniquement le fret, mais pas les navires.

Associated Press indique pour sa part que le 13 août l’ambassade iranienne au Venezuela a annoncé que les navires et leurs propriétaires ne sont pas iraniens.

En relation

600

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!

close
close