السبت 17 نوفمبر 2018 م, الموافق لـ 09 ربيع الأول 1440 هـ آخر تحديث 12:11
الشروق العامة الشروق نيوز بنة تي في
إذاعة الشروق
D.R

Les membres du Conseil de la nation -issus de différentes formations politiques- ont boycotté la cérémonie d’ouverture de la session parlementaire pour contester contre les procédures de la levée d’immunité parlementaire de leur collègue pris en flagrant délit de fraude.

Certains organes de presse avaient indiqué, rappelons-le, qu’une correspondance était adressée par le secrétaire général du RND, Ahmed Ouyahia au président de la Chambre haute du parlement lui demandant la levée de l’immunité parlementaire du sénateur de la wilaya de Tipasa, Malik Boudjouher, qui a été écarté des rangs du parti. Pour cause,  ce dernier avait été pris en flagrant délit de fraude en encaissant des pots-de-vin estimés à 500 millions de centimes.

L’élu RND de Tipasa est placé en détention provisoire dans la prison de Hadjout sur ordre du juge instructeur près le tribunal de Tipasa.

Ainsi, Abdelkader Bensalah s’est retrouvé presque seul dans l’enceinte du Sénat prononçant le discours d’ouverture de la session parlementaire devant les membres du gouvernement.

Par ailleurs, les sénateurs contestataires ont réclamé l’ouverture d’une enquête approfondie sur cette affaire et la remise du dossier de condamnation au président du Conseil de la nation pour décider des mesures adéquates (levée de l’immunité).

 Le sénateur Mahmoud Kaissari du FLN a déclaré à la presse que la décision de la levée d’immunité à Malik Boudjouher et sa mise en détention provisoire était prise à la hâte et qu’elle n’était pas compatible avec les procédures juridiques à suivre dans cas de figure.

Pour lui, la levée d’immunité était actée lors des vacances parlementaires ce qui est en soi, à ses yeux, une violation de la loi, accusant ainsi certains hommes d’affaires d’inculper le sénateur en question pour exercer la pression sur l’appareil législatif, jugeant qu’il y a nécessité à ce que le ministre de la Justice intervienne.

A l’évidence, il paraît que l’action des membres du Sénat a pour but de ne pas faire du processeur de levée d’immunité une simple procédure.

Il est à noter que le Front des forces socialistes (FFS) a boudé la cérémonie d’ouverture de la session parlementaire.

S’agissant des motifs de ce boycott, le vieux parti de l’opposition a indiqué dans un communiqué avoir voulu de par cette attitude “dénoncer l’emprise du pouvoir exécutif sur le pouvoir législatif qui est devenu comité de soutien aux politiques qui ont toutes échoué et hypothéqué l’avenir du pays ainsi que toute perspective d’avenir qui permettra à l’Algérie de se hisser aux cotés des nations démocratiques et sociales”. 

Les députés FFS ont réclamé la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire pour déterminer les causes de l’apparition de l’épidémie du choléra et les mesures prises pour la prévention et la préservation de la santé du citoyen et la santé publique.

Imène Aouimer / Traduit par: Moussa. K.

https://goo.gl/6WHfYG
Malik Boudjouher Sénateurs Session parlementaire

En relation

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!

close
close