الخميس 15 نوفمبر 2018 م, الموافق لـ 07 ربيع الأول 1440 هـ آخر تحديث 21:01
الشروق العامة الشروق نيوز بنة تي في
إذاعة الشروق
Archives

Des membres du Conseil de la national ont menacé d’entamer une grève de la faim si le sénateur de Tipasa, Malik Boudjouher n’était pas remis en liberté, qualifiant l’emprisonnement de ce dernier d’une violation de la loi du fait que celui-ci jouissait d’une immunité parlementaire.

L’affaire du sénateur de Tipasa, arrêté en flagrant délit de corruption, suscite toujours des débats au sein de la Chambre haute du Parlement.  En effet, quelque 80 sénateurs ont menacé vendredi  d’entamer une grève de la faim si leur collègue n’était pas relâché de prison.

Echorouk a appris de sources auprès du Sénat que les contestataires attendent toujours que le tribunal de Tipasa se prononce sur cette affaire, eux qui auraient  interpellé aussi bien le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah et le ministre de la Justice, Tayeb Louh en vue de la libération de leur collègue.

Les sénateurs en colère ont qualifié l’arrestation et la détention de Boudjouher Malik de violation de la constitution du fait que celui-ci jouissait d’une immunité parlementaire.

Le tribunal de Tipasa a, faut-il le rappeler, rejeté la demande de libération dudit sénateur formulée par son avocat. Ce qui n’a pas été du goût des sénateurs qui semblent déterminés de hausser le ton, en brandissant d’ailleurs la menace d’une grève de la faim.

Asma Bahlouli / Traduit par: Moussa. K.

https://goo.gl/SEJAtb
Boudjouher Malik Sénat Tipasa

En relation

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!

close
close