الثلاثاء 18 ديسمبر 2018 م, الموافق لـ 10 ربيع الآخر 1440 هـ آخر تحديث 14:40
الشروق العامة الشروق نيوز بنة تي في
إذاعة الشروق
D.R

Le ministère français des armées a insisté sur l’amende de 12 000 euros infligée contre la diffamation ou injure envers les harkis, soit 170 millions de centimes, l’attribution de décorations aux enfants et petits-enfants de harkis, la réalisation d’un film sur l’engagement militaire des harkis pour la défense de la France et de  l’enseignement obligatoire de la guerre d’Algérie au collège comme au lycée.

E effet, ce rapport qui contient 56 propositions intitulé “Aux harkis, la France reconnaissante”, dont l’élaboration est achevée fin juillet dernier devrait être remis au gouvernement français avant fin de l’année en cours.

Les auteurs de ce rapport proposent aux autorités françaises de privilégier le recours à une résolution parlementaire pour acter la reconnaissance de la Nation française que les harkis et leurs familles appellent de leurs vœux et de renforcer symboliquement et consacrer la date du 25 septembre, journée nationale d’hommage aux harkis.

En autre, il a été proposé de développer l’attribution de décorations aux enfants et petits-enfants de harkis particulièrement méritants, au titre des promotions civiles de la Légion d’honneur et de l’Ordre national du mérite ou d’un contingent spécial étendu aux enfants de harkis et d’accentuer la communication sur les cursus d’excellence proposés par les “maisons d’éducation” de la Légion d’honneur auprès des petites-filles et arrière-petites-filles de harkis.

Pour eux, il est également question d’apprécier l’opportunité de constituer un contingent spécial de distinctions honorifiques dédié aux harkis, en veillant à identifier et à décorer les femmes (harkettes) ayant participé, sous statut de supplétive, à la guerre d’Algérie.

Aussi ont-ils proposé l’organisation d’une grande exposition, aux Invalides ou au Fort de Vincennes, en 2019 ou en 2020, sur l’engagement militaire des harkis, pour assurer la valorisation de leur mémoire combattante.

“Faire réaliser par l’Etablissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense (ECPAD) un film ou un  clip  sur l’engagement militaire des forces supplétives et en assurer la diffusion la plus large possible afin de mieux faire connaître le rôle et de renforcer l’image du “soldat harki” , préciser, en complétant l’article 5 de la loi du 23 février 2005, glorifiant les bienfaits du colonialisme, que la sanction encourue en cas de diffamation ou d’injures commises envers les harkis est une amende de 12 000 euros”, “étendre le champ de compétence de la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH) aux injures et discriminations commises envers les harkis”,telles sont également des propositions que l’on peut trouver dans ce rapport.

Dans la proposition n°22, ils appellent à poursuivre le travail diplomatique engagé par les gouvernements français et algérien pour permettre plus facilement aux harkis de retourner en Algérie.

Le rapport propose aussi de renforcer l’offre documentaire mise à disposition des enseignants pour permettre et faciliter l’enseignement de l’histoire de la guerre d’Algérie (Guerre de Libération nationale) et des harkis, notamment via les sites Eduscol (Education nationale) et Educ@def (Défense) et d’intégrer des actions de formation des enseignants relatives à l’histoire de la guerre d’Algérie et des harkis ainsi qu’aux problématiques mémorielles dans le plan de formation de la Direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO).

Hassen Houicha / Traduit par: Moussa. K.

https://goo.gl/rfxEak
France Guerre de Libération nationale Harkis

En relation

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!

close
close