الخميس 13 ديسمبر 2018 م, الموافق لـ 05 ربيع الآخر 1440 هـ آخر تحديث 07:49
الشروق العامة الشروق نيوز بنة تي في
إذاعة الشروق
D.R

Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa a annoncé jeudi la création d’un poste de mufti dans chaque wilaya du pays.

S’exprimant en marge d’une visite de travail et d’inspection dans la wilaya d’Oran, le ministre des Affaires religieuses a expliqué que les muftis, qui seront placés sous la direction du mufti de la République, seraient sélectionnés sur la base  des compétences et du diplôme, ajoutant que le ministère est en réunion avec le syndicat des imams pour décider des critères de promotion sur la base d’ancienneté et du diplôme.

Mohamed Aissa a indiqué également que son département devrait se coordonner avec le ministère de l’Habitat pour aider les fonctionnaires relevant de son secteur à obtenir des logements.

Par ailleurs, il a appelé les imams appartenant aux courant salafiste la référence religieuse. « Aucun imam n’a le droit de s’attaquer à quelque courant que ce soit. Ceux qui désirent de suivre un courant propre à eux n’ont aucun lien avec le ministère des Affaires religieuses », a indiqué Mohamed Aissa.    

Quant à l’imam arrêté et placé en détention provisoire à Oran pour mauvaise mœurs, le ministre a précisé qu’il « a été radié définitivement de son secteur », et d’ajouter que « s’il existe un imam qui n’honore pas le secteur, il faut qu’on sache qu’il y a en revanche 25.000 imams en Algérie qui se distinguent par leur bonne conduite».

Le ministre a également inspecté le projet de réalisation de la mosquée Abdelhamid Benbadis à Oran, la plus grande de la région de l’ouest du pays, affirmant que sa réception de l’édifice est prévue pour le 16 avril coïncidant avec la Journée du Savoir ainsi qu’avec l’inauguration de la manifestation « Constantine, capitale de la culture arabe ». 

En relation

6 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم
  • Hadj - Messar

    L’Algérie prend à bras le corps le problème que lui pose le salafisme et les extrémistes qui gèrent 80% des mosquées du pays.
    Le ministère des Affaires religieuses réclame de dresser une liste comportant les noms des salafistes qui représentent un danger afin de clarifier la situation.
    Sans compter qu’ils sont sûrs d’être aidés par des jihadistes nomades qui viendront de tous pays comme on le voit en Syrie, en Irak, au Mali etc.
    Nous soutenons les déclarations du Ministre afin de mettre terme!

  • kadri

    que pense notre cher ministre du commerce de l alcool et de l interet RIBA appliqués en ALGERIE MUSULMANE
    peut etre est ce valable par necessité monsieur ?
    osez le dire ouvertement et assumer votre role merci

  • طاب جنان

    Si Kadri.
    Le Ministre Il n'osera pas presqu’ile risque sa place.

  • enaiz

    capitale de la culture arabe “constantine” : chansons d'amour et danse du ventre.

  • “Par ailleurs, il a appelé les imams appartenant aux courant salafiste la référence religieuse. « Aucun imam n’a le droit de s’attaquer à quelque courant que ce soit. Ceux qui désirent de suivre un courant propre à eux n’ont aucun lien avec le ministère des Affaires religieuses », a indiqué Mohamed Aïssa. ”

    IL FAUT QUE CE PASSAGE SOIT CLARIFIE .

  • IBINOU ZEKR

    les populations au nord de l'irak qui adorent le diable sont mieux civilisés que les gueux salafistes d'Algérie.

close
close