الأحد 16 ديسمبر 2018 م, الموافق لـ 08 ربيع الآخر 1440 هـ آخر تحديث 22:34
الشروق العامة الشروق نيوز بنة تي في
إذاعة الشروق
D.R

Mohamed Ould Abdelaziz, président mauritanien

Le ministre mauritanien des Affaires étrangères, Ismail Ould Cheikh Ahmed a reçu à Nouakchott les deux ambassadeurs algérien et marocain, en l’occurrence Noureddine Khandoudi et Hamid Chabar, dans une démarche à jouer le médiateur entre Alger et Rabat.

A ce propos, l’agence de presse mauritanienne a indiqué que les entretiens entre Ould Cheikh Ahmed et le diplomate marocain ont porté sur toutes les questions d’intérêt commun.

A l’issue de cette rencontre, le chef de la diplomatie mauritanienne a reçu également l’ambassadeur d’Algérie Noureddine Khandoudi. Les deux hommes ont abordé des questions d’intérêt commun, ont indiqué des sources officielles mauritaniennes.

En effet, l’action diplomatique mauritanienne intervient quelques jours seulement après que le nouvel ambassadeur de la Mauritanie accrédité au Maroc fut reçu avec un nombre de nouveaux ambassadeurs par le roi Mohamed VI.

Selon la presse marocaine, ces deux rencontres contiennent plus de significations. Elle ira jusqu’à deviner qu’elles s’inscrivent dans le cadre du rôle d’observateur que joue Nouakchott dans la question du Sahara occidental. Pour d’autres, cette démarche serait perçue comme une médiation entre l’Algérie et le Maroc, dont les positions divergent par rapport au conflit entre le Front Polisario et le Maroc.

Le site d’information marocain “Hespress” a appris d’un enseignant de l’Histoire moderne à l’université Mohamed V que les relations diplomatiques entre le Maroc et la Mauritanie n’ont jamais été au beau fixe depuis le printemps arabe qui a secoué plusieurs pays de la région en 2011.

De l’avis de l’académicien marocain, le ministre mauritanien des Affaires étrangères est connu pour ses approches pragmatiques vis-à-vis du Maroc, d’autant plus que celui-ci ait occupé des postes diplomatiques dans le Golfe, ce qui lui a permis de mieux comprendre les problématiques régionales, entre autres le conflit sahraoui.

 Pour lui, “cette réception vise à aboutir à un apaisement entre la Mauritanie d’un côté, le Maroc et l’Algérie d’un autre”, indiquant par là-même que “Nouakchott tente d’apaiser l’atmosphère entre les deux pays car la question était liée aux résultats des élections présidentielles en Mauritanie  en 2019”.

Outre les pays qui se seraient présentés pour jouer le rôle de médiateur, Rached Ghannouchi, président du Mouvement Ennahda en Tunisie aurait lui aussi proposé ses services pour jouer ce rôle, selon le site d’information britannique “Middle Est Eye”. Celui-ci aurait appris d’une source diplomatique algérienne en mai dernier que Ghannouchi avait effectivement contacté Ahmed Ouyahia côté algérien, et Saad Eddine Othmani côté marocain pour leur proposer une solution à la crise entre les deux pays et s’asseoir autour d’une même table.

D’après cette source, Ouyahia a expliqué au dirigeant tunisien que la question “ne nécessite point une médiation.  Il est simplement demandé au Maroc d’arrêter sa campagne médiatique contre l’Algérie”.

Abdeslam Sekia / Traduit par: Moussa. K.

https://goo.gl/kK6P57
Alger Nouakchott Rabat

En relation

  • Ali Haddad reconduit à la tête du FCE

    Le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale a annoncé samedi que le Forum des chefs d’entreprise (FCE) devenait un syndicat national. "Le…

    • 65 inlt
    • 0
1 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم
  • Lkbayli

    C’est qui qui aime la guerre que les débiles monteaux tout le monde sera perdant sauf les fabricants d’armes et nous ne faisons pas partie

close
close