الإثنين 23 سبتمبر 2019 م, الموافق لـ 23 محرم 1441 هـ آخر تحديث 22:32
الشروق العامة الشروق نيوز الشروق +
إذاعة الشروق
D.R

Nacer Boudiaf, fils de Mohamed Boudiaf, un des leaders historiques de la Guerre de libération et ancien chef de l’Etat, a accusé Khaled Nezzar, ancien ministre de la Défense, et Mohamed Mediene, dit Général Toufik, ancien patron du renseignement algérien, d’être derrière le meurtre de son père à Annaba le 29 juin 1992.
Le fils du défunt a de nouveau surgi, affirmant via un communiqué rendu récemment public sur sa page officielle facebook, qu’il évoquera de nouveau l’affaire de l’assassinat de son père avec plus de preuves contre les deux principaux accusés, voir l’ancien ministre de la défense, Khaled Nezzar et l’ancien chef des services de renseignements, le général Mohamed Mediene, dit Toufik, le mois de septembre prochain.
«J’accuse le général Nezzar de l’assassinat car il était ministre de la défense à l’époque et membre du Haut-comité de l’Etat et c’est lui qui a œuvré à convaincre Boudiaf de revenir de son exil au Maroc et prendre en charge la Présidence »,a-t-il martelé.
Il tenu à expliquer à cet effet, qu’il n’était pas en mesure de déposer plainte par manque de documents pouvant compléter le dossier du crime.
«C’était un crime politique par excellence , car il voulait mettre le FLN au musée et il en avait seul la légitimité en tant que fondateur et il entendait faire rentrer l’armée dans les casernes et l’éloigner de la politique »,a-t-il ajouté.
Nacer Boudiaf est notamment revenu sur le mandat international lancé contre le général Khaled Nezzar le considérant comme acte très positif d’un point de vue judiciaire, car il aide à l’ouverture du dossier Boudiaf.
Rachel Hamdi

Assassinat Boudiaf preuves

En relation

600

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!

close
close