الجمعة 20 أفريل 2018 م, الموافق لـ 04 شعبان 1439 هـ آخر تحديث 22:50
الشروق العامة الشروق نيوز بنة تي في
إذاعة الشروق
D.R

Ould Abbès (à droite), Desrocher (à gauche)

Après le gel des aides américaines à l’Algérie, l’ambassadeur des États-Unis en Algérie, John Desrocher a rencontré nombre de hauts responsables de l’Etat et des chefs de partis politiques.

La première entrevue fut avec le secrétaire général du FLN, Djamel Ould Abbès, et puis Abderrazak Makri (MSP), Ali Benflis (Talai El Houriyet), Abdelkader Bensalah, président du Conseil de la nation et cadre du RND.

A cet effet, John Desrocher a posté sur son compte twitter des photos aux côtés des dirigeants avec lesquels il s’est entretenu sur “les fortes relations entre l’Algérie et les États-Unis).

En effet, toutes ces personnalités qui ont eu des pourparlers avec le responsable américain sont des dirigeants de partis politiques, excepté Abdelkader Bensalah qui lui occupe un poste de haut rang au sein de l’Etat. Ce qui laisse deviner que l’invitation aurait éventuellement était adressée en premier lieu au Sg du RND, Ahmed Ouyahia qui l’aurait poliment déclinée compte tenu du poste sensible qu’il occupe (Premier ministre), outre l’ambition politique  qu’on lui attribue à la veille de chaque élection présidentielle…Ainsi, Bensalah se serait présenté à cette rencontre non en tant que deuxième personnage du pays, mais sous la casquette de son parti. 

Force est de rappeler que l’Amérique ait arrêté ses aides de 17 millions de dollars à l’Algérie, en représailles au vote de cette dernière contre la proposition de l’administration Trump proclamant El Qods capitale d’Israël.

Notons que ce n’est pas la première fois que le diplomate américain rencontre des acteurs politiques algériens, sachant que ses prédécesseurs avaient eux-aussi rencontré des acteurs de la société civile, qui bénéficient annuellement d’aides américaines de l’ordre de 4 millions de dollars avant que Trump ne décide, voici quelques jours, de les geler.

En vérité, les responsables algériens se sont contentés de dire que leurs entretiens avec le diplomate américain ont porté sur les relations bilatérales entre Alger et Washington.

Toutefois, la rencontre de Ould Abbès avec l’ambassadeur de la Palestine à Alger après celle de John Desrocher et la présence en Algérie du leader de Hamas palestinien, Sami Abou Zahri poussent à croire que ces conversations seraient axées sur la question palestinienne; qui reste l’unes des questions décisives pour la diplomatie algérienne.

Si la question palestinienne était au centre de ces entretiens, la question qui intéresse le plus le représentant diplomatique américaine serait à coup sûr l’Algérie et la présidentielle de 2019.

En relation

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!